Header ad

Rôle du citoyen dans la lutte contre l’insécurité : LE RÉSEAU «MALIMÉDIAS» SUSCITE LE DÉBAT

L’événement a été l’occasion pour les chefs de quartiers, les communicateurs
traditionnels et modernes de s’engager solennellement dans la lutte contre l’insécurité

Bamoussa Touré reçoit sa feuille d’engagement

Le Palais de la culture Amadou Hampaté Bah a accueilli, hier, une rencontre d’échanges et de sensiblisation sur le «rôle du citoyen dans la lutte contre l’insécurité». A l’issue de la rencontre, les chefs de quartier, les communicateurs traditionnels et modernes ont signé un document dans lequel ils s’engagent à pleinement jouer leur partition dans la lutte contre l’insécurité. Initiée par le Réseau des communicateurs «Malimédias», cette activité s’est déroulée en présence du représentant du ministre la Sécurité et de la Protection civile, Amadou Sangho et de plusieurs personnalités de la société civile.
Dans son allocution de bienvenue, le président du Réseau «Malimédias», Hamidou El Hadj Touré, a souligné que la difficile situation sécuritaire que vit le Mali, à l’instar de beaucoup de pays de la sous-région du Sahel, nous interpelle tous. « L’insécurité gagne du terrain dans nos familles, dans nos quartiers, dans nos villes, ceci nous appelle à un devoir citoyen », a-t-il dit, ajoutant que les chefs de quartiers, les communicateurs traditionnels et les communicateurs modernes ont un rôle de premier plan à jouer dans cette lutte.
En outre, M. Touré a précisé que la mise en place d’un cadre d’échange sur le rôle du citoyen dans la lutte contre l’insécurité n’est pas fortuite. « Il n’y a pas un seul jour, un seul instant où un des nôtres n’est pas victime de l’insécurité », a-t-il déploré, ajoutant qu’il compte sur le département de la Jeunesse et de la Construction citoyenne pour l’appui nécessaire sur la reconstruction citoyenne à travers ce cadre d’échanges. Il a également exhorté les participants à un sincère engagement citoyen, rappelant : « qui combat l’insécurité, préserve la Nation».
Pour sa part, le coordinateur des chefs de quartier de Bamako, Bamoussa Touré, a lancé un vibrant appel à toutes les composantes des quartiers à soutenir la lutte contre l’insécurité à travers des sensibilisations et des veilles citoyennes. De son côté, le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile s’est dit satisfait de cette action allant dans le sens de la sensibilisation des citoyens sur la problématique de l’insécurité. Pour lui, ce rapprochement entre forces de sécurité et populations est un impératif majeur pour le département de la sécurité. Par ailleurs, M. Sangho a fait savoir que son département demeure convaincu que c’est le dialogue qui génère la confiance mutuelle, toute chose indispensable à une meilleure sécurisation des personnes et de leurs biens. « D’un point de vue global, les forces de sécurité ont une mission commune, à savoir générer la confiance auprès des populations tout en défendant des normes claires et des valeurs fortes dont le respect et la pratique effective contribuent, à n’en pas douter, à assurer la cohésion sociale. De même que toute démocratie a besoin de forces de sécurité fortes pour la protéger », a expliqué le chargé de communication du ministre en charge de la Sécurité.
Amadou Sangho a également rappelé que le Mali traverse une période difficile de son histoire où la confiance est particulièrement nécessaire pour renforcer l’autorité de l’Etat et maintenir la cohésion sociale.
Par ailleurs, il a affirmé que la conjugaison des exigences légitimes d’accès aux renseignements et celles non moins légitimes mais parfois contradictoires de la sécurisation des populations constituent un défi dans toute société démocratique. D’une manière générale, a-t-il ajouté, encourager les meilleures pratiques citoyennes ne génèrent point de désordre et l’instabilité, mais plutôt l’émergence d’un espace facilitant l’échange constructif entre citoyens et autorités publiques.
Harouna
YOUSSOUF

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *