Header ad

Quinzaine de l’environnement : L’ÉDITION 2018 DÉBUTE AUJOURD’HUI À KOULIKORO

Les ordures sont constituées en grande partie de sachets plastiques

Notre pays est confronté à de multiples défis environnementaux. La problématique environnementale est caractérisée par les persistances des conditions climatiques défavorables, des systèmes d’exploitation pour la plupart extensifs et inadaptés entrainant une accélération du processus de désertification et de dégradation des terres. A cela s’ajoute l’augmentation importante de la pollution (3,6 %) pour une population estimée à 18,3 millions en 2016. C’est pour répondre à un certain nombre de ces défis que le ministère de l’Environnement de l’Assainissement et du Développement durable et son partenaire l’Agence de l’environnement et du développement durable,(AEDD) organisent chaque année la « Quinzaine de l’environnement), un évènement majeur qui constitue un cadre approprié pour mener une campagne de communication à grande échelle en vue d’un changement de comportement en faveur de la protection de l’environnement et de l’amélioration du cadre de vie. L’édition de cette année s’ouvre aujourd’hui à Koulikoro sous la présidence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement, et du Développement durable, Mme Keïta Aïda M’Bo. Elle est placée sous le thème : «combattre la pollution plastique». A cette occasion, le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement, et du Développement durable et l’AEDD invitent les acteurs à s’investir davantage pour lutter contre la pollution plastique. En effet, le plastique est entré dans les habitudes des consommateurs maliens. Léger, flexible, solide, imperméable, réutilisable et à faible coût, le plastique est devenu indispensable pour tous : ménagères, commerçants, clients, boutiquiers. Par ailleurs, la loi numéro 2012-003 du 23 janvier 2012 contre l’utilisation des sachets plastiques non biodégradables peine à être appliquée sur l’ensemble du territoire. Ce qui fait que les rues et les dépôts d’ordures de nos villes reçoivent des tonnes de matières plastiques chaque jour.
Sur le plan environnemental, les dégâts causés sont non négligeables. En effet, entre 60 et 85% des déchets ramassés dans nos villes, sont des plastiques et finissent par être jetés dans le fleuve, dans les caniveaux ou dans les rues. Ces plastiques n’étant pas biodégradables, ils peuvent détruire les cours d’eau, la faune et la flore et causer une pollution durable. D’où le choix du thème sur les plastiques pour la « Quinzaine de l’environnement » de cette année. Pour Modibo Sacko, conseiller technique au ministère de l’Environnement, de l’Assainissement, et du Développement durable, l’édition de la Quinzaine de cette année a pour objectif de sensibiliser la population sur des effets néfastes de l’utilisation des sachets plastiques non biodégradables. Il a appelé à un changement de comportement pour éviter la dégradation de notre cadre de vie.
Selon la directrice adjointe de l’AEDD, Mme Macalou Awa Anoune Mare, cette quinzaine de l’environnement permettra de développer un cadre de partenariat avec toutes les catégories d’acteurs pour un changement de comportement positif en vue de la durabilité du patrimoine commun. L’édition de cette année sera marquée par des campagnes de sensibilisation à travers les médias, des ateliers, des rencontres avec différents acteurs, des campagnes d’échanges sur les problèmes fondamentaux de l’environnement, des conférences-débats sur la déforestation, la protection de l’environnement et l’assainissement.
Anne-Marie KÉITA

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *