Header ad

Monde agricole et du secteur informel : RESTITUTION DE L’ÉTUDE DE BASE POUR LA MISE EN PLACE D’UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE

Malgré l’adoption d’une Politique nationale de protection sociale en 2016 et un Plan d’actions national d’extension, la problématique de la protection sociale reste toujours au cœur des préoccupations au Mali. L’existence d’un système de protection sociale pour les fonctionnaires et les travailleurs régis par le Code du travail renforcé par la mise en place de l’Assurance maladie obligatoire et du Régime d’assistance médicale pour les indigents et autres bénéficiaires pose avec acuité le besoin de l’étendre aux autres composantes de la société, notamment les travailleurs des secteurs de l’agriculture et informels qu’occupent environ 70% de la population. Pour corriger cette inégalité et pour la prise en compte de l’équité dans le droit à la protection sociale de tous les citoyens consacré par notre Constitution, la Direction nationale de la protection sociale et de l’économie solidaire, à la faveur de l’accompagnement des Pays-Bas pour la réalisation de certaines réformes du PRODESS III, a commandité la réalisation d’une étude de base pour la mise en place d’un régime de protection du monde agricole et du secteur informel.

Partager avec les acteurs régionaux les résultats de cette étude de base réalisée dans le cadre de la mise en œuvre du régime de protection sociale du monde agricole et du secteur informel était l’objectif général d’une rencontre  tenue à Mopti.  Les cérémonies d’ouverture et de clôture étaient présidées par le directeur de cabinet du Gouverneur, Kantara Diawara.

Après l’intervention du représentant du maire de la commune urbaine de Mopti, Badou Maïga, le directeur national adjoint de la protection sociale et de l’économie solidaire a salué les Pays-Bas qui ont financé l’étude de base pour la mise en place d’un régime de protection sociale du monde agricole et du secteur informel. Il aussi expliqué que la Loi N°06-045 du 05 septembre 2006 portant Loi d’orientation agricole (LOA), le Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la Pauvreté (CSCRP) et le Programme de développement sanitaire et social (PRODESS) prévoient tous la mise en place de mécanismes de protection sociale au profit des secteurs agricoles.

Selon le représentant du gouverneur, depuis l’adoption de la Politique nationale de protection Sociale, le gouvernement  n’a cessé de manifester son intérêt pour ce noble objectif qu’est la protection des populations. A ce titre, il a invité les participants à plus d’assiduité et surtout à une participation active aux travaux de cet atelier qui est d’une importance capitale pour que les populations rurales bénéficient d’un mécanisme efficace de couverture sociale.

Pendant les 5 jours des travaux, les participants ont échangé sur les résultats et le rapport de l’étude de base pour la mise en place d’un régime de protection sociale du Monde Agricole et du secteur informel, les grandes étapes de la mise en place du régime, les dispositions de la Loi d’Orientation Agricole en lien avec la protection sociale et approfondir les réflexions par rapport à la pertinence des activités de la Feuille de route 2017 – 2021, son chronogramme et sa stratégie de financement.

A l’issue des travaux, les participants ont souhaité la restitution des résultats de l’étude sur la protection sociale du secteur agricole et informel à la base (niveau région, cercle, commune) par les acteurs présents et à l’adresse de l’Etat et ses partenaires, la révision à la hausse la clé de répartition des financements du PRODESS qui est de 21% afin de pouvoir prendre en charge les activités de la Protection Sociale dans les PO (responsable Etat et PTF).

Dramane COULIBALY

AMAP-Mopti

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *