Header ad

Maison africaine de la photographie : DE GRANDES ACTIVITÉS EN PERSPECTIVE

Le conseiller technique du ministère de la Culture, Yamoussa Fané préside la sessionLes manifestants exigent la satisfaction de leurs revendications

La 22è session ordinaire du conseil d’administration de la Maison africaine de la photographie (MAP) s’est tenue, hier dans la salle de conférence du ministère de la Culture, à la Cité administrative. C’était sous la présidence du conseiller technique au ministère de la Culture, Yamoussa Fané, en présence du directeur général de l’établissement, Tidiane Sangaré, et des administrateurs.
La session s’est tenue dans un contexte marqué par de nouveaux défis qui résultent de l’intérêt croissant des acteurs maliens pour la promotion et la valorisation du patrimoine photographique et la nécessité, pour notre pays, de répondre efficacement aux exigences de professionnalisation du secteur de la photographie et des arts visuels.
« C’est le lieu de saluer les efforts entrepris par le gouvernement pour relancer la MAP à travers la construction de son siège, dont la fin des travaux et la réception sont prévues dans un avenir proche », a expliqué le conseiller technique.
La session répondait à une tradition consistant à faire d’abord le bilan de l’année écoulée, examiner et adopter le programme d’activités et le budget de l’année en cours. Ainsi, les administrateurs se sont prononcés sur le rapport d’activités et le budget de 2018 avant d’examiner le programme d’activités de l’exercice 2019 et le budget y afférent. Il faut noter que la MAP est confrontée à des difficultés liées à l’insuffisance des ressources humaines et financières et à l’absence d’une infrastructure appropriée, permettant d’entreprendre des actions de grande envergure dans le cadre de la réalisation de ses missions.
L’année qui vient de s’achever a été marquée par la réalisation de certaines activités au nombre desquelles, l’organisation de la 9è édition de l’atelier de formation des photographes (Fotocréation), le lancement du livre photographique intitulé : « Koulikoro, ville d’eau et de colline », l’inventaire et la documentation des fonds photographiques existants en son sein. Durant l’année 2018, la Maison africaine de la photographie a aussi participé à l’organisation de la première édition de l’inter biennale photographique dénommée «Phot’Art Bamako » et le suivi constant des travaux de construction de son siège.
Le budget 2019 soumis à l’approbation des administrateurs est équilibré en recettes et en dépenses à 86,334 millions de Fcfa, contre une dotation de 94,224 millions de Fcfa en 2018, soit une diminution de 9%.
Ces ressources permettront à la MAP de réaliser son programme d’activités, dont les grandes actions s’articulent autour de la collecte, la conservation et la diffusion du patrimoine photographique au niveau national et international. Le renforcement des capacités des acteurs et la promotion de la création artistique et l’enrichissement des archives photographiques de notre pays figurent aussi parmi les priorités du programme d’activités de 2019.
Les activités retenues pour cette année sont, entre autres, l’organisation d’expositions d’œuvres photographiques, d’un atelier sur la gestion et la conservation des fonds photographiques, l’inventaire et la documentation des fonds photographiques, la participation de la MAP à la 12è édition des Rencontres de Bamako
Le conseiller technique, représentant le ministre de la Culture, a exhorté les administrateurs à faire des propositions pertinentes pour relever les défis, liés à l’épanouissement de la MAP.
Amadou SOW

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *