Header ad

L’Ouvrage « Mohammadou Aliou Thiam » : HISTOIRE DU CHRONIQUEUR-POÈTE

La présentation des exemplaires du livre

Selon le curé de la paroisse « Notre Dame Auxiliatrice » de Kati, l’abbé Emile Konaré, la Semaine sainte est celle qui précède Pâques et commémore la Passion du Christ. Les temps forts de cette semaine sont : le Jeudi saint, le Vendredi saint et le Samedi saint. Ces trois jours, très importants pour les chrétiens, sont le sommet de l’année liturgique car c’est par sa mort que le Christ a vaincu la mort et c’est en ressuscitant qu’il a restauré la vie.
Expliquant le sens de ces trois jours, l’abbé Emile Konaré dira que le Jeudi saint est le jour où Jésus Christ a institué l’Eucharistie et c’est aussi la fête du sacerdoce. Cet épisode est fondamental dans la liturgie chrétienne, car il est le fondement de l’eucharistie et rappelle au prêtre le don total de sa personne à Dieu et aux hommes. Et c’est aussi le jour de la charité et de la communion, a ajouté l’abbé Emile. On y fait mémoire du dernier repas de Jésus avec ses disciples. La messe du Jeudi saint est parfois appelée « mandatum » (mot latin signifiant commandement) en référence au Christ qui, lavant les pieds de ses apôtres, leur a recommandé de s’aimer les uns les autres. En effet, lorsqu’on lave les pieds de quelqu’un, on s’abaisse devant lui et ce geste d’humilité peut être interprété comme un témoignage d’amour. Très souvent, le célébrant reproduit cela au cours de la célébration.
Quant au Vendredi saint, il commémore, selon notre interlocuteur, la Grande Passion du Christ car c’est ce jour où le Prophète est mort sur la croix. « Ce jour rappelle les grandes souffrances de Jésus, mais aussi celles du monde », a-t-il déclaré. Jésus est emmené devant Ponce Pilate puis il est condamné à mort. Il porte sa croix avant d’être crucifié sur un lieu que l’Évangile nomme « Golgotha », c’est-à-dire «lieu du crâne ». Le Vendredi saint est marqué par le grand chemin de Croix qui permet aux chrétiens de revivre les événements de la Passion de Jésus et de réfléchir au sens de ces événements.
Et enfin le Samedi saint est un jour d’attente et de recueillement pour les chrétiens. C’est dans la nuit du Samedi saint au dimanche que Jésus est ressuscité. Ce jour rappelle la victoire du Christ sur la mort. Il commémore aussi la victoire du Christ jugé injustement et mis à mort. C’est aussi la victoire de la vérité sur le mensonge, a expliqué le curé de la paroisse « Notre Dame Auxiliatrice » de Kati. Le soir, la vigile pascale a lieu entre le coucher du soleil du Samedi saint et le lever du soleil de Pâques.
Rappelant le sens du carême, l’abbé Emile Konaré a indiqué que le temps du carême est un temps liturgique fort pendant lequel toute l’Eglise catholique se prépare pendant 40 jours à la célébration de la fête de Pâques. Pendant ce temps, Dieu nous demande d’avoir un bon cœur, c’est-à-dire la conversion du cœur. « Tu peux passer la journée à te priver de nourriture, mais si tu n’a pas un bon cœur, cela ne servira à rien. Selon lui, le carême chrétien se caractérise surtout par la prière, le partage et le jeûne. Il explique que pendant le temps de carême, le chrétien doit augmenter son temps de prière et trouver des moments appropriés pour se consacrer à la prière. S’agissait du partage, l’abbé Emile a ajouté que le chrétien, pendant ce temps de carême, doit avoir un esprit de partage avec ceux qui sont dans le besoin. Et le jeûne c’est une manière, selon lui, de s’abstenir de quelque chose ou de certaines habitudes. Il ne s’agit pas de s’abstenir du repas seulement, mais de toutes les mauvaises habitudes.
Anne-Marie Keïta

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *