Header ad

LE GRAIN DE SEL MUSICAL DE TOUMANI DIABATÉ

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, les membres du gouvernement dont la ministre de la Culture, Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo, et d’autres invités triés sur le volet, ont eu raison d’assister, dans la nuit du jeudi au Centre international de conférence (CICB), à un spectacle de belle facture.
Le concert était organisé par le département de la Culture, en collaboration avec le virtuose de la kora, Toumani Diabaté, dans la mouvance de la célébration de la Journée internationale des femmes.
Cette fête de sonorités était particulière à bien des égards. D’abord par la présence du chef de l’Etat mais aussi par la lecture du Saint Coran et une prestation de « zikr » à la gloire du prophète Mohamed (PSL).
Ce spectacle de musique a permis à l’artiste Toumani Diabaté de mettre en scène le concept : « Lamomali », créé en 2016 avec l’artiste français Mathieu Chedid dit « M ». L’album éponyme sortie en 2017 sera consacré l’année d’après : «Victoire de la world musique» en France. Ensuite, le groupe accompagné par Fatoumata Diawara a effectué une tournée triomphale à travers le monde. L’initiateur du concept tenait à partager avec les autorités le succès populaire de son idée.
Le concept consiste à mettre en place un orchestre autour de la kora de Toumani et de celle de son fils, Sidiki Diabaté. Une batterie, trois guitares (basse, médium et solo), trois tam-tams, deux pianos et un orgue (un instrument à vent), complètent l’arsenal de sonorité de cette création musicale. Un vrai chef-d’œuvre ! L’orchestre interprète presque tous les genres musicaux de notre pays et de l’étranger. Il donne ainsi l’occasion à une infinité de chanteurs de poser leur voix sur les divers arrangements proposés. Devant les personnalités, l’orchestre a donné la pleine mesure de son talent, de son savoir-faire, et joué exactement huit titres pendant deux heures chrono.
Le récital fut introduit par l’artiste Bouillé Koité, lauréat de Découverte RFI. Il a chanté «Mali Sadio» sous la forme d’un hymne à l’amour, à l’entente et à la solidarité. La chanson était bonifiée par l’apport des deux kora de Toumani et de son fils.
Safi Diabaté, Fati Niamé, Babani Koné et Oumou Sangaré ont également accompagné les deux virtuoses de la kora. Le titre «Mali nialen», de cette dernière est posée sur une sorte de rythme entre le jazz et le manding. Une surprise agréable pour les spectateurs. «Guantanamera», l’un des morceaux latino-américains les plus interprétés au monde, proposé par Toumani Diabaté a certainement ravivé des souvenirs chez les personnalités d’une certaine génération. Le virtuose de la kora, lui-même expliquera plus tard qu’il n’a pu résister à l’envie de ranimer des souvenirs chez ces célèbres spectateurs du jour.
Avec sa kora électrique, connecté à un amplificateur, Sidiki Diabaté, a fait danser les plus jeunes de la salle avec son titre «Bamako».

Youssouf DOUMBIA

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *