Header ad

Collectivités territoriales: LES DÉFIS DE LA MOBILISATION DES RESSOURCES FINANCIÈRES

Les collectivités territoriales sont confrontées à un déficit des ressources financières internes

L’hôtel Massaley abrite, depuis hier, un séminaire national sur le thème : «Problématique de la mobilisation des ressources financières au sein des collectivités territoriales du Mali ». Organisée par l’Organisation pour la réflexion, la formation et l’éducation à la démocratie et au développement (ORFED), en partenariat avec OXFAM et la Coopération suisse, la rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Partenariat pour l’exercice d’une gouvernance appropriée (PEGA). Deux jours durant, une quarantaine de participants (des agents de l’administration publique, des collectivités territoriale, de la coordination nationale des autorités traditionnelles et de la société civile) s’approprieront, notamment des mécanismes utilisés pour la mobilisation des ressources financières internes des collectivités. Aussi, vont-ils analyser les défis en la matière et formuler des pistes d’action en faveur d’une meilleure mobilisation des ressources fiscales au sein des collectivités. Globalement, l’objectif visé par cette importante rencontre est de contribuer à une plus grande autonomie financière dans les collectivités territoriales d’intervention du PEGA.


La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par la présidente du conseil d’administration de l’ONG ORFED, Sangaré Jeanne d’Arc Ballo, qui avait à ses cotés, le vice-président de l’Association des municipalités du Mali (AMM), Yacouba Traoré. Dans son discours d’ouverture, la présidente du conseil d’administration d’ORFED a rappelé que ce programme est le fruit d’un partenariat entre sa structure, CRI 2002 et le Réseau réussir la décentralisation au Mali. Sa mise en œuvre, financée par la Coopération suisse au Mali, « vient renforcer le positionnement d’ORFED sur les questions de développement local et de promotion de la démocratie de proximité », a-t-elle indiqué. Et d’égrainer quelques résultats engrangés par ORFED dans l’appui à la décentralisation au Mali. Entre autres, Sangaré Jeanne d’Arc Ballo a cité la formation de plus de 325 élus locaux sur la décentralisation et la pratique de la rédévabilité dans les cercles de Sikasso, Koutiala, Niono, Kita et Kolondièba; l’organisation de 53 espaces de restitution publique dans ces cercles. S’y ajoutent la publication d’un annuaire des collectivités territoriales du Mali et d’un document de référence pour une mise en relation des élus locaux entre eux et avec les partenaires d’appui.
Cependant, à en croire Mme Sangaré Jeanne d’Arc Ballo, des collectivités territoriales restent confrontées à un déficit criard de mobilisation des ressources financières internes, se traduisant par un faible investissement dans le développement socio-économique des populations.


« L’incivisme fiscal, la non maîtrise du potentiel fiscal, le manque de confiance entre élus et populations, la faible capacité de mobilisation des ressources humaines… sont autant de causes parmi d’autres », a regretté la responsable d’ORFED.
Pour elle, il devient donc urgent de s’interroger sur la problématique de la mobilisation des ressources financières des collectivités, « si l’on veut améliorer notre capacité à nous développer ». Pour Yacouba Traoré, vice-président de l’AMM, la décentralisation « veut dire simplement qu’il faut penser le développement à partir de la base ». Et, a-t-il développé, « qui parle de développement, parle nécessairement de ressources financières ». Autrement dit, les collectivités doivent disposer « énormément d’atouts en matière de ressources financières pour pouvoir engranger sur leurs territoires respectifs le développement ».
L’édile de la Commune rurale de Tagan Dougou a jugé ce séminaire et le thème choisi « extrêmement importants » pour les collectivités territoriales. En effet, de cette rencontre, il est attendu des résultats qui « permettent à l’ensemble des collectivités d’avoir une boussole à partir de laquelle elles peuvent se guider pour pouvoir mobiliser les ressources, sans lesquelles aucun développement n’est possible », a-t-il déclaré.
Aboubacar TRAORÉ

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *