Header ad

26è Fespaco : « THE MERCY OF JUNGLE » du RWANDAIS REMPORTE L’ÉTALON D’OR DU YENNENGA

Le président burkinabé remet l’étalon d’or au Rwandais Joël Karekezi, sous le regard du président rwandais Paul Kagamé

Le Cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) au Burkina Faso a pris fin samedi dernier par la proclamation et la remise des prix du palmarès officiel et des prix spéciaux. C’était au Palais des sports de la capitale burkinabé en présence notamment de trois chefs d’Etat : Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali, Paul Kagamé du Rwanda, pays invité, et bien sûr de Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et hôte de la manifestation. Rappelons que le président Keïta était présent en sa qualité de coordinateur de la culture, des arts et du patrimoine culturel de l’Union africaine.
Le grand prix : l’Etalon d’or du Yennenga qui récompense le meilleur long métrage de fiction en compétition officiel est allé au film «The Mercy of the jungle» du Rwandais Joël Karekezi. Son trophée et la médaille qui l’accompagne ont été remis par les chefs d’Etat burkinabé et rwandais.
Le film primé raconte l’odyssée de deux militaires à travers la jungle. Le sergent Xavier, héros de guerre rwandais, et le jeune et inexpérimenté soldat Faustin sont en territoire ennemi où ils combattent dans une guerre floue. Ils se retrouvent seuls et sans ressources face à l’inextricable jungle réputée être la plus vaste, la plus dense et la plus hostile du continent. Pris en étau par les combats qui font rage tout autour d’eux, ils n’ont d’autre choix que de s’enfoncer dans un enfer vert.
Le réalisateur, Joel Karekezi, est diplômé de l’école de cinéma Cinecours depuis 2008. Il a déjà reçu de nombreuses récompenses dans des festivals avec ses réalisations que sont : «The pardon» son premier court métrage en 2009 ; «Imbabazi» son premier long métrage. Par ailleurs, le scénario de «The mercy of the jungle», ou la miséricorde de la jungle a gagné en 2012, le prix CFI du projet le plus prometteur du marché du film de Durban. L’Etalon d’argent du Yennenga est allé à «Karma» de l’Egyptien Khaled Youssef. Le trophée et la médaille lui ont été remis par le président Ibrahim Boubacar Kéïta. Quant à l’Etalon de bronze du Yennenga, il a été remporté par «Fatwa» du Tunisien Ben Mahmoud.
Quant à notre pays, il est honoré par le Prix spécial UEMOA de l’intégration par l’intermédiaire du documentaire «JUMA DUMAN» de Salif Traoré.
Envoyé spécial

Youssouf DOUMBIA

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *