samedi 21 octobre 2017

Header ad
Header ad

Yorosso : UNE FOIRE POUR PROMOUVOIR LES VARIETES DE SEMENCES AMELIOREES

L’arachide représente une source de revenus
très appréciée des femmes en milieu rural

La cour de l’Office des produits agricoles du Mali (OPAM) de Yorosso a abrité le 28 mai dernier, la 1ère édition de la foire semencière de l’arachide. Organisée par l’ONG Centre d’appui à l’autopromotion pour le développement (CAAD) en collaboration avec ICRISAT sur financement de l’USAID, cette foire avait pour objectif de faciliter l’accès des semences améliorées aux paysans en vue d’augmenter leur productivité. La cérémonie était présidée par le préfet du Cercle de Yorosso, Agaly Ag Inamoud Yattara et a enregistré la présence des élus locaux, des chefs des services techniques, des notables, du président de la chambre locale d’Agriculture, Mamadou Goïta, du coordinateur de l’ONG CAAD Gaoussou Diawara, des producteurs et productrices venus des 9 communes et d’une foule nombreuse.Prenant la parole, le représentant du chef de village de Yorosso Dramane Goïta, le maire de la commune de Yorosso, Abdoulaye Goïta se sont réjouis du choix porté sur la ville pour abriter cet évènement agricole. Dans son intervention, le coordinateur de l’ONG CAAD Gaoussou Diawara a indiqué que les semences représentent le commencement et la fin du cycle de la production et que s’il n’y a pas de semence, il n’y a pas de production. Il a rappelé que ICRISAT, depuis plusieurs années, renforce les capacités des producteurs dans le cadre de la production. C’est pourquoi cette foire semencière dédiée à l’arachide a été organisée. C’était l’occasion pour les producteurs de voir les semences améliorées mises au point par les chercheurs d’ICRISAT dans le cadre du Projet d’amélioration de la productivité de l’arachide chez les petits exploitants. Pour sa part, le préfet du Cercle de Yorosso Agaly Ag Inamoud Yattara soulignera que l’agriculture occupe plus de 80% de la population de notre pays. Or, l’arachide qui est une culture de rente continue d’enregistrer de faibles rendements. Cette situation s’explique par le faible accès des producteurs aux semences améliorées. L’organisation de cette foire à Yorosso a été l’occasion pour les producteurs d’avoir le maximum de connaissances sur la culture de l’arachide et les nouvelles technologies mises au point par les chercheurs de ICRISAT. Après les différentes interventions le conseiller polyvalent de l’ONG CAAD, Jacques Dembélé a fait une présentation détaillée sur les techniques de production de l’arachide, les techniques post-récoltes de l’arachide, la gestion de l’aflatoxine chez l’arachide, les contraintes, les défis et opportunités liés aux systèmes de production des semences en Afrique de l’Ouest. Il a aussi édifié davantage les paysans sur le marché, la gestion pour la durabilité, la transformation de l’arachide et la valeur ajoutée, les défis de la commercialisation des semences améliorées. Cette journée a surtout permis aux paysans de savoir comment bien produire des arachides, comment les conserver après la récolte pour éviter toute contamination par l’aflatoxine qui est très dangereuse pour la santé de l’homme, car elle peut provoquer chez les humains plusieurs maladies, dont le cancer du foie. Satisfait de ce qu’il a appris lors des présentations de cette foire semencière, le président de la coopérative des producteurs du cercle de Yorosso Jean Goïta a, au nom de ses collègues venus des 9 communes du Cercle, recommandé la pérennisation de la foire semencière, la mise en place d’un cadre de concertation entre tous les acteurs (producteurs de semences, paysans, coopératives, chercheurs…) et son organisation chaque année en début du mois de mai.Pour cette 1ère édition, la foire semencière de l’arachide aura été un succès pour les producteurs et les organisateurs à savoir l’ONG CAAD et ICRISAT. La visite des stands avec la présentation de semences des quatre variétés d’arachide. Toujours dans le cadre du Projet d’amélioration de la productivité de l’arachide au niveau des petits exploitants agricoles, la société de production et de commercialisation de semences certifiées « Faso Kaba » en partenariat avec ICRISAT et l’USAID a organisé deux foires semencières à Bougouni et à Siby. Ces deux foires s’inscrivent dans le cadre de l’objectif 1 et 2 du projet qui sont la diffusion à grande échelle de l’information sur la gestion des pratiques culturales et de l’aflatoxine et l’accroissement de la disponibilité de semences de 4 variétés améliorées d’arachide chez les paysans. A Siby, la représentante de la directrice de Faso Kaba, Mme Fomba Oumou N’Tji Coulibaly a joint sa voix à celle du maire de Siby pour remercier les 103 participants venus de Siby, Naréna, Karan, Kamalen, Saguele, Teneya, Kalassa, Guena, Sobra, Kéniéro, Danabougou, Djiguidala, Makadiana, Kangaba, Bamako, et Kalabougou. Le représentant de ICRISAT, a, lui expliqué que le projet est présent dans 3 pays : le Mali, le Ghana et le Nigéria. Au Mali, il couvre 22 cercles de 4 Régions (Kayes, Koulikoro, Sikasso et Mopti). Le représentant de la Direction régionale de l’Agriculture de Koulikoro Sékou Coulibaly a insisté sur l’importance de la légumineuse qui occupe une place importante à Siby. L’arachide représente une source de revenus très appréciée des femmes en milieu rural. Amadou Y. Goïta
AMAP-Yorosso

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *