mardi 12 décembre 2017

Header ad
Header ad

Visite du président de la République dans la Région de Sikasso : LE SECTEUR DE L’ÉLEVAGE COMME MOTEUR DE L’ÉCONOMIE

Au deuxième jour de sa visite entamée mercredi dans la Région de Sikasso, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a présidé, hier dans la matinée, la cérémonie de lancement de la campagne de vaccination du cheptel national 2017 -2018. La cérémonie, qui a eu lieu dans le village de Bougoula Hameau (dans la périphérie de la ville de Sikasso), a enregistré la présence de certains présidents d’institutions de la République, de plusieurs membres du gouvernement, des partenaires du Mali et de nombreux autres invités.

Le lancement officiel de la campagne nationale de vaccination par le chef de l’Etat dans une zone à forte transhumance du cheptel est un signal fort de la volonté politique de nos hautes autorités.

Le but de cette campagne est de contrôler les maladies animales majeures. Ce sont des maladies mortelles pour les animaux dont certains sont transmissibles à l’homme. Il s’agit, entre autres, de la péripneumonie contagieuse bovine, de la fièvre aphteuse, des pasteurelloses, des charbons, de la peste des petits ruminants, de la maladie de Newcastle et de la rage.

La vaccination est donc une question de survie en matière de santé animale et humaine. Elle a des avantages aux plans sanitaire, économique et social. Toutes les espèces animales, y compris les canins et les camelins, sont concernées par cette campagne.

A noter que la campagne 2017-2018 touchera 6. 663 291 bovins contre la péripneumonie contagieuse bovine, 3.134.310 bovins contre le charbon symptomatique, 3 .762 .810 bovins contre la pasteurellose bovine, 4.379 .400 ovins et caprins contre la peste des petits ruminants, 11 254 600 sujets de volaille contre la maladie de Newcastle.  Grâce aux efforts consentis par le gouvernement, la quasi-totalité des vaccins utilisés sont produits au Mali par le Laboratoire central vétérinaire (LCV). Premier à intervenir lors de la cérémonie de lancement, le maire de la commune urbaine de Sikasso, Kalfa Sanogo, a salué la tenue de cette cérémonie à Bougoula Hameau. Aux dires de l’élu, ce village est un symbole pour avoir été le lieu de départ du Royaume Sénoufo. Il a remercié le chef de l’Etat ainsi que le ministre de l’Elevage et de la Pêche pour avoir choisi Sikasso afin d’abriter cet évènement. «J’espère que ceci sera la solution pour l’ensemble du cheptel malien», a souhaité Kalfa Sanogo.

Le représentant des éleveurs de la 3è région administrative du Mali, Aboubacrine Kelly, a rappelé que l’élevage occupe une place de choix dans l’économie de Sikasso. Il a ajouté que les éleveurs du Kénédougou disent «Merci au président de la République pour les marchés à bétail, les aires d’abattage, les centre de collecte de lait, les puits pastoraux, les 17 tonnes de semences fourragères pour l’alimentation du bétail etc».

Toutefois, Aboubacrine Kelly a sollicité l’appui du chef de l’Etat pour la création d’unités de transformation du lait et des œufs, la mise en application des textes relatifs à la gestion des déchets plastiques et pour qu’une solution soit trouvée aux cas de vols du bétail.

Le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola, s’est, pour sa part, appesanti sur les résultats enregistrés dans le monde rural, sous l’impulsion du président Kéïta. Bakary Togola a appelé à plus de cohésion et d’entente entre les différents acteurs du monde rural.

L’autre temps fort de la cérémonie a porté sur la remise de distinctions honorifiques par le chef de l’Etat, Grand maître des Ordres nationaux, à une dizaine de personnes afin de magnifier leur travail dans le secteur de l’Elevage.

Le ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Ly Taher Dravé a, dans son intervention, relevé que sous l’impulsion du président Kéïta, le sous-secteur de l’élevage a bénéficié d’importants investissements dans les domaines des aménagements pastoraux, des productions et industries animales, de l’insémination artificielle, de la santé animale et de la santé publique vétérinaire.

Mme Ly Taher Dravé estime que l’effectif du cheptel malien et son potentiel exigent de son département la mise en place d’un système de santé animale répondant aux normes internationales.

« Le département, à travers les services vétérinaires, déploie d’importants efforts pour une surveillance épidémiologique accrue du cheptel afin de contrer les maladies animales majeures qui affectent notre cheptel limitant sa productivité », a indiqué le ministre. Le chef du département en charge de l’Elevage a ensuite  reçu des mains du président de la République, 3 véhicules Pickup, 47 motos, 2000 doses de vaccin, 45 kits de matériels vétérinaires et 250.000 doses de vaccin de la fièvre de la vallée du rift.

Après avoir inoculé la première dose de vaccin, le chef de l’Etat a rappelé l’importance du cheptel dans notre pays, soulignant au passage le caractère symbolique de la cérémonie. Il a confié ceci : « Je suis très satisfait, comme chaque année, d’avoir inoculé le premier vaccin ici aujourd’hui, surtout ici à Bougoula, à Sikasso, ça a son sens. C’est d’ici que tout est parti pour le Kénédougou, que d’ici reparte un nouvel essor pour le Mali, c’est l’élevage ». La visite du président IBK en 3ème Région s’achève aujourd’hui.

Envoyés spéciaux

Massa SIDIBE

Nouhoum SAMAKÉ

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *