mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Visite du président de la République à Kayes : UN PROGRAMME TRÈS CHARGÉ

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, entame aujourd’hui une visite de quelques heures à Kayes. La délégation présidentielle est attendue dans la matinée à Médine, un village situé à 12 km de Kayes, dans le cadre de la commémoration de la journée de la femme rurale et de la journée mondiale de l’alimentation. Cette double fête qui a été délocalisée dans la capitale de la première région administrative du Mali, sera marquée par des visites de chantiers et de réalisations.
La présence du chef de l’Etat permettra à plus de 1 500 ménages de bénéficier de l’eau potable grâce à la SOMAGEP (Société malienne de gestion de l’eau potable). Des kits solaires seront également offerts aux élèves des parents démunis. En plus, 152 CSCOM (Centres de santé communautaires) et 152 villages vont bénéficier des kits d’énergie solaires. Parmi les réalisations faites dans la région, figurent la construction de 3 centrales hydro-électriques (Manantali, Gouina et Kita). Au moins 40 CSCOM ont été réhabilités. Tandis que 10 autres sont en chantier. Quant aux perspectives, on retient notamment le démarrage de la mine d’or de Fekola qui est prévu à la fin de ce mois.
A l’occasion de cette double fête, la cité des rails a fait sa mue pour se donner un nouveau visage afin de magnifier son hospitalité légendaire. Il faut rappeler que la dernière visite du chef de l’Etat à Kayes date de 2013 et elle s’inscrivait dans le cadre d’une activité de l’OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal) qui regroupe le Mali, le Sénégal, la Mauritanie et la Guinée. Dès l’annonce de l’arrivée du président de la République, des agents de la mairie de la commune urbaine de Kayes et ceux des travaux publics se sont mis au travail afin de rendre la ville plus propre et coquette. Des activités de salubrité et d’assainissement sont organisées partout, notamment au niveau des carrefours, des principales artères et d’autres points stratégiques de la cité des rails. Samedi, dans l’après-midi, des agents étaient en train de faire disparaître les nids de poule qui entravaient la circulation sur la route Kayes-Dakar. Tout comme les voies qui relient le centre-ville au premier pont. Quant au second pont, il est également en chantier.
En outre, les travaux de la construction de la route Kayes-Sadiola est en cours et des études de faisabilité de la construction du tronçon Sadiola-Kéniéba de la même voie seront lancées.
Les abords du monument «Sigui», qui relie le centre-ville au quartier Kayes N’Di (rive gauche du fleuve Sénégal), ont été aussi touchés. Après avoir balayé les rues, les agents de la voirie municipale déposaient leurs ordures dans des camions bennes affrétés à l’occasion pour aller les déverser hors de la ville. Ils procédaient également au nettoyage et au curage des caniveaux. Au niveau des Travaux publics, les agents ont refait certaines voies principales de la ville.
Les populations de Kayes se réjouissent du choix porté sur leur ville pour cette double commémoration. Elles sont prêtes à réserver un accueil chaleureux au président Ibrahim Boubacar Kéïta qu’elles attendent depuis la pose de la première pierre du nouveau pont de Kayes qu’il devait y effectuer en novembre 2016.
Malheureusement, cette visite n’a pas eu lieu pour des raisons d’ordre technique. Cette visite présidentielle permettra donc de redonner de l’espoir aux Kayésiens dont la plupart estiment que leur région, qui connait des problèmes de développement et d’enclavement, est «délaissée par les pouvoirs publics».
En effet, l’impact de l’exploitation des ressources minières n’est pas ressenti par les populations locales qui comptent plutôt sur la contribution de sa diaspora. Des problèmes liés aux effets du changement climatique et à la malnutrition se posent également dans les différents cercles de la région (Kayes, Bafoulabé, Kéniéba, Diéma, Kita, Nioro, Yélimané).
En dépit de ces difficultés, certaines personnes ne désespèrent point. «Je suis très content de la visite du président de la République à Kayes. Il va voir les réalités de plus près. C’est un homme d’Etat qui peut amener le changement», a commenté Adama Mariko, enseignant au premier cycle de la commune rurale de Sadiola. Pour lui, le gouvernement doit songer à l’équipement du CSCOM afin de réduire l’évacuation des malades sur Kayes et Bamako. Même son de cloche pour son collègue Djibril Tounkara qui pense que cette double commémoration permettra au président IBK de se racheter. «Le président a mis du temps pour venir à Kayes mais je suis content de sa visite. Nous avons ici de nombreuses préoccupations et nous pensons qu’il va faire quelque chose. Nous lui faisons confiance », a-t-il déclaré.
Notre pays a fait des progrès pour améliorer les conditions de vie des femmes, même si des problèmes persistent.
Le gouvernement a construit les Maisons de la femme et de l’enfant dans les capitales régionales et les Centres d’autonomisation des femmes dans les chefs-lieux de cercle. Mais, ces structures, comme tant d’autres, connaissent un problème de fonctionnement et de personnel. Il est aussi impérieux de combattre la faible scolarisation et la déscolarisation des filles, l’analphabétisme des femmes dans la Région. Ce sont des préoccupations que les populations souhaitent exprimer au chef de l’Etat.

 

Bandé M. SISSOKO
AMAP Kayes

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *