mardi 12 décembre 2017

Header ad
Header ad

Togo : Violences à Sokodé après l’arrestation d’un imam

Deux militaires et un jeune civil ont été tués dans de violents heurts entre la population et les forces de l’ordre dans la nuit de lundi à mardi à Sokodé, la deuxième ville du Togo, après l’arrestation d’un imam proche de l’opposition, a annoncé mardi le gouvernement togolais.

« Deux militaires en faction au domicile d’une personnalité ont été lynchés et exécutés et leurs armes et munitions ont été emportées », a affirmé l’exécutif dans un communiqué, en dénonçant des « actes à visée terroriste ».

« Un jeune a également trouvé la mort et une vingtaine de blessés (a été) enregistrée parmi les civils et les forces de sécurité », affirme le communiqué.

Yerima Ikililou, le jeune civil tué, était apprenti-tapissier, selon Aimé Adi, directeur d’Amnesty International Togo. « Ses parents ont amené le corps à la morgue de Sokodé et d’après les premières constatations, il aurait reçu des petites balles de plomb dans le corps », a expliqué M. Adi à l’AFP.

De violents heurts ont éclaté à Sokodé avant de se propager dans la nuit dans plusieurs villes du pays, dont Lomé, la capitale, où la foule a été dispersée par des gaz lacrymogènes.

Ces manifestations de colère spontanées répondaient à l’arrestation lundi soir à Sokodé (nord) d’un imam proche du Parti National Panafricain (PNP), un des partis qui mène une forte contestation contre le pouvoir depuis le mois d’août.

« L’électricité a été coupée vers 19H00 (locales et GMT) après la prière et cinq véhicules de la gendarmerie sont arrivés pour enlever Alpha Alassane, un imam très reconnu dans la ville », a expliqué à l’AFP Ouro Akpo Tchagnaou, coordinateur de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC, opposition).

« La population s’est sentie visée et est sortie dans les rues », a-t-il ajouté en soulignant que les échauffourées avaient duré toute la nuit et que « des femmes et des enfants ont fui la ville ».
Des habitations des cadres du parti ont été incendiés, ainsi qu’un bureau de banque, la poste et un bâtiment de TogoCell, selon de nombreuses sources concordantes.

AFP

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *