lundi 23 octobre 2017

Header ad
Header ad

Solidarité : L’ASSOCIATION «PHILANTROPIE» PROGRAMME UN FESTIVAL POUR OCTOBRE

L’objectif du festival est de mobiliser des fonds en faveur de 1000 enfants orphelins des centres d’accueil et de placement familial

Le président de l’Association «Philanthropie», Abdoulaye Namandi Tembely, a animé, mercredi dernier dans les locaux du gouvernorat du District, une conférence de presse sur la première édition du Festival « Solidarité show les cœurs » qui se déroulera du 1er au 31 octobre prochains sur toute l’étendue du territoire.
L’objectif de cette conférence était de partager avec le grand public des informations utiles sur cet événement culturel qui magnifiera une vertu cardinale de notre société : la solidarité. A cet effet, le responsable de l’Association a donné des précisions sur l’agenda du festival et les ambitions nourries par ses initiateurs.
Il faut rappeler que l’association humanitaire a été portée sur les fonts baptismaux en 2013. Elle entreprend, à travers son émission diffusée sur les antennes de l’ORTM, de nombreuses actions humanitaires, notamment des dons de vivres dans les centres d’accueil et de placement familial, des constructions de logements sociaux pour les veuves. Des évacuations d’enfants victimes de cardiopathies congénitales en France sont aussi à l’actif de l’organisation humanitaire. C’est forte de ces acquis que l’Association Philanthropie, soucieuse d’épauler le gouvernement dans la lute contre la pauvreté et l’exclusion, a lancé la première édition d’un festival dédié à la solidarité. Selon le président de «Philanthropie», ce festival se tiendra sur le thème : «Les enfants vulnérables, notre responsabilité».
Pour Abdoulaye Namandi Tembely, l’objectif de cette première édition est de mobiliser des fonds pour nourrir, pendant une année, 1000 enfants orphelins des centres d’accueil et de placement familial.
Il ressort des explications fournies par le conférencier que l’évènement sera organisé avec la collaboration des associations d’aide à l’enfance, telles les associations «Soins pour tous et des enfants de Neneko et l’Association 5 étoiles.
Le directeur du festival, Karl Babin a expliqué qu’au cours de ce festival, plusieurs activités seront menées sur l’étendue du territoire national. Parmi celles-ci, on note la caravane médicale qui permettra de soigner 3000 personnes,  des visites des jeunes volontaires dans les structures d’aide aux enfants vulnérables, des villages « Show les cœurs», des plateaux d’échange (débats) et des concerts de sensibilisation.
Pour Dramane Dembélé, personne ressource de l’Association Philanthropie, l’initiative est salutaire, en ce sens que, selon lui, la solidarité est une action de tous les jours et doit être spontanée.
Cet autre conférencier a estimé que l’on devrait, en plus de la prise en charge médicale des mômes, penser aussi à la prise en charge de la scolarisation des enfants démunis.
A la fin de la conférence, des chèques ont été remis à l’Association Aide aux enfants brulés et aux enfants atteints de malformation et à l’Association globale santé solidarité Mali. Ces deux associations ont, chacune, reçu 200 000 Fcfa de la part de l’Agence de communication « Friends production », un partenaire de l’Association Philantropie

Anne-Marie KEITA

 

ANEH : DES RESULTATS SATISFAISANTS

L’Agence nationale d’évaluation des hôpitaux (ANEH) a tenu, hier, dans ses locaux, la 20è session ordinaire de son conseil d’administration. Présidée par le représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Dr Salif Samaké, cette session portait sur la réalisation des activités de l’agence et l’état d’exécution du budget au 30 juin 2017.
Selon le représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Dr Salif Samaké, l’ANEH détient un rôle déterminant dans la mise en œuvre du programme d’actions gouvernemental à travers sa politique active de développement social. En effet, a-t-il ajouté, l’agence a procédé, durant ce premier semestre, à l’évaluation de la performance des établissements hospitaliers, au titre de l’année 2016, pour améliorer la qualité des soins dans les structures hospitalières.
Toujours de l’avis de Salif Samaké, la place de l’ANEH est plus que jamais déterminante dans le dispositif sanitaire et demande beaucoup d’attention pour l’amélioration de la qualité des soins. Pour cela, il a invité les administrateurs à faire une analyse approfondie des réalisations du passé afin d’obtenir de meilleurs résultats dans le futur.
Dressant le bilan à mi-parcours des activités, le directeur de l’ANEH, le médecin colonel-major Karim Camara, a expliqué que le premier semestre 2017 a été marqué par l’évaluation de la performance des 12 établissements publics hospitaliers (EPH) et de l’hôpital mère-enfant «le Luxembourg» au titre de l’année 2016. En ce qui concerne les activités de fonctionnement, sur 23 prévues, 18 ont été totalement réalisées, soit un taux d’exécution de 78,26 %.
Au-delà de ces réalisations, l’ANEH a mené plusieurs autres activités. Il s’agit entre autres de sa participation active à la réunion d’échanges sur l’élaboration du rapport de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation dans le domaine de la santé en 2015 et 2016 et de l’élaboration d’une communication écrite relative à la politique nationale de maintenance des équipements médicaux et du plan d’actions 2017-2021.
L’agence a aussi participé activement à l’élaboration du projet de décret fixant les modalités d’application de la loi n° 2016-058 du 27 décembre 2016 instituant les pupilles en République du Mali. Elle a contribué également à la finalisation de l’outil d’évaluation et d’amélioration de la qualité des soins maternels pédiatriques et néonatals intégrés.
Au regard de ces activités, le directeur de l’ANEH, le médecin colonel-major Karim Camara a estimé que la structure a réalisé une performance par rapport à l’année dernière.
Concernant le budget 2017 de l’agence, il est équilibré en recettes et en dépenses à plus de 307 millions de Fcfa. Après que l’ANEH ait bénéficié de l’appui de la direction des Finances et du Matériel (DFM/santé), ce budget a été rehaussé à plus de 347 millions Fcfa, soit une augmentation de 12, 99 %
En terme d’exécution budgétaire au 30 juin 2017, le taux de réalisation des ressources est de 56, 80 % des prévisions et le taux d’exécution des dépenses de 69,16 %.

A. M. K

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *