jeudi 30 mars 2017

Header ad
Header ad
Header ad
Header ad

Sécurité alimentaire : DES DEFIS REELS POUR 2017

© OUMAR DIOP AMAP Commerçant ,VENDEUR DE CEREALE NIARELA BAMAKO FACE A LA GRANDE MOSQUEE

Les travaux de la 12è session ordinaire du Comité de coordination et de suivi des politiques et programmes de sécurité alimentaire (CCSPSA) se sont déroulés, hier au gouvernorat du District.

La session était dirigée par le ministre commissaire à la Sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré, en présence d’un représentant de la FAO, Modibo Touré.
La session a permis aux participants d’examiner l’évaluation de la situation alimentaire faite par le Système d’alerte précoce (SAP) et de faire le point des recommandations formulées par la dernière session. Ils ont aussi versé leurs avis dans les discussions sur le bilan du plan d’opération et le budget 2017 du Dispositif national de sécurité alimentaire (DNSA).
La campagne agricole 2016-2017 a été globalement bonne dans notre pays avec une production céréalière de plus de 8,9 millions de tonnes. La même appréciation a été plus ou moins faite dans notre sous-région.
Le commissaire à la sécurité alimentaire se réjouit de la bonne campagne. Il souligne aussi qu’il existe des déficits importants dans les cercles de  Kayes, Diéma, Yélimané (région de Kayes), de Koulikoro, Kati, Kolokani, et Nara (région de Koulikoro), Bla, Barouéli et Niono (région de Ségou), Djenné (Mopti), Tombouctou, Gourma Rharous (Tombouctou). Les mêmes préoccupations sont enregistrées dans le cercle de Bourem (région de Gao) et dans toute la région de Ménaka.
« L’insécurité résiduelle due aux groupes armés limite l’accès à certains pâturages potentiels des zones exondées des régions de Ségou, Mopti, Tombouctou, et Gao », explique t-il.
Par ailleurs, il relève que ceci a un impact négatif sur l’alimentation et l’abreuvement du bétail. « Ces difficultés affectent les autres secteurs économiques pourvoyeurs de revenus et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations et des animaux », observe-t-il avant de préciser que l’évaluation provisoire du SAP, à travers le cadre harmonisé a donné 495.000 personnes en insécurité alimentaire sévère et 3 034 468 personnes en insécurité alimentaire modérée.
Selon les projections pour la période de soudure, 3 529 130 personnes soit près de 19% de la population malienne seront en insécurité alimentaire et nutritionnelle. A ce propos, Ibrahim Oumar Touré indiquera que le plan d’opération du DNSA aura comme tâches principales, au titre de l’année 2017, de permettre aux structures du DNSA d’assurer leur mission par la mise à disposition de moyens de fonctionnement, d’assister sur le plan alimentaire 495 000 personnes en phase 3. Selon le commissaire en charge de la sécurité alimentaire, ce plan doit aussi opérer des ventes d’interventions dans les zones habituellement déficitaires, envisager la disponibilité et l’accès à l’aliment du bétail dans les zones en déficit fourrager.
En outre, une autre tâche est de mettre en œuvre des actions de résilience pour 3 034 468 personnes comme les transferts sociaux, la reconstitution du cheptel et les aménagements de proximité et de permettre la tenue des réunions statutaires au niveau national et de façon décentralisée.
Le ministre commissaire a rappelé que le DNSA existe dans notre pays depuis plus de trente ans. Cette longévité a enregistré d’importants acquis indéniables mais aussi connu de nombreux défis. C’est pourquoi, depuis 2013, le dispositif a fait l’objet d’une série de réflexions en particulier d’un audit dans le but d’aboutir à un processus de réformes institutionnelles, financières et administratives, capable d’impulser une nouvelle dynamique susceptible de s’adapter à l’évolution du risque alimentaire et nutritionnel et au contexte socio-politique, souligne le patron de la sécurité alimentaire.
Selon les explications de Oumar Ibrahim Touré, un projet de politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle a été élaboré l’année dernière par son commissariat et validé par un atelier en fin janvier dernier. Ce document doit être soumis au conseil des ministres dans les prochains jours.
Il a souligné également qu’un nouveau cadre de gestion du dispositif issu de cette réforme a été adopté récemment par le gouvernement, notamment le 17 février dernier. Celui-ci consacre une gestion concertée de l’État avec les partenaires techniques et financiers (PTF), les organes techniques et de décisions.
Pour lui, les actions de sécurité alimentaire et nutritionnelle seront, désormais, conduites sur la base d’une véritable politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle qui, de façon holistique et combinée, prendra en charge les questions d’assistance alimentaire et nutritionnelle de relèvement et de renforcement de la résilience des populations victimes de chocs.
F .NAPHO

A propos de l'auteur

Articles connexes

(1) Commentaire

  1. Oumarou mohamed lamine

    Oumar Ibrahim « affirmé que l’évaluation provisoire du système d’alerte précoce à travers le cadre harmonisé a donné 495.000personnes en insécurité alimentaire sévère et 3.035468 personnes en insécurité alimentaire modérée. Il ajoutera que selon les projections pour la période de soudure, 3.529130 personnes soit près de 19% de la population malienne, seront en insécurité alimentaire et nutritionnelle. » Alors que mes chers concitoyens nous notre pays dispose d’un immense potentiel qui doit lui per¬mettre non seulement de se nourrir, d’éliminer la faim et l’insécu¬rité alimentaire mais aussi de devenir un acteur majeur des mar¬chés internationaux. Votre rôle Monsieur le ministre commissaire et le ministre de l’Agriculture entant que décideurs est de donner les impulsions né-cessaires pour que nos agriculteurs fassent de leur métier une activité qui génère du bien-être en zones rurales, réponde au défi de l’emploi et contribue aux attentes de nos concitoyens en matière de sécurité, de bien-être, d’indépendance. Nous somme 18 millions vous êtes incapable de nous à travers vos médiocre politique, saviez-vous nous serions plus de 25 millions en 2030, vous avez du pain sur la table. Monsieur les ministres saviez-vous que l’agriculture est là pour maintenir la sécurité et la souveraineté alimentaire. Elle semble nécessaire de relancer les gains de productivité. Avec une croissance en agriculture au Mali, cela peut permettre de mettre en place un secteur agricole en plein essor qui est une agriculture intensive pouvant augmenter la production du pays. Elle doit être encouragée par des politiques publiques ciblées sur le développement économique local. Ce qui peut endiguer la pénurie alimentaire au Mali et promouvoir la sécurité alimentaire. Au Mali nous somme 18 000 000habitants X 59kg./an= 1 062 000Tonnes soit avec un rendement moyen en riz de 6t à l’ha il faut juste 177 000ha et déjà à l’office nous avions 110 000ha sans compte les superficies de l’OPIB, ODRS, ORS,ORM, les PPIV etc. où va le riz malien, où est le Mali d’abord mes chers amis pourquoi continuer donc à subventionnée une agriculture comme ça. Nous avions la plus vielle école d’agriculture en Afrique IPR plus d’un siècle d’existence mais pour quelle importance un pas en avant et deux pas en arrière. Je vous remercie c’est ma vision je m’excuse sincèrement Oumarou Mohamed Lamine Agroéconomiste Direction Régionale de l’Agriculture Mopti bahoumarou@yahoo.fr

    Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *