mercredi 25 avril 2018

Header ad
Header ad

Salon international de l’industrie du Mali : L’ORGANISATION FIN PRÊTE

Le ministre du Développement Industriel avec le maire central de Bamako

Le ministère du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, a présidé, vendredi, une rencontre pour faire le point des préparatifs de la toute première édition du Salon international de l’industrie du Mali (SIM) et présenter le SIM, prévu pour les 19, 20, 21 avril 2018 à Bamako
La rencontre, à laquelle ont pris part le Maire du District, Adama Sangaré, le président de la délégation régionale de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM),Youssouf Bathily, les représentants des services déconcentrés du département et de nombreux invités, s’est tenue dans la salle de conférence de la mairie du District de Bamako.
Après des tournées dans plusieurs régions dont Sikasso, Ségou, Koulikoro, Kayes et Mopti afin de mobiliser les différents opérateurs économiques et industriels pour qu’ils puissent saisir les opportunités qui s’annoncent lors de ce Salon, notamment comment se démarquer et se faire remarquer en tant qu’industriel, il est donc d’une importance cruciale, pour le département de l’industrie, de transmettre également l’information, non pas en terme de symbole mais en terme d’évidence.
Les contours et les enjeux de l’évènement à portée internationale ont été présentés lors de la session aux acteurs concernés autour d’un même objectif, celui de valoriser le potentiel industriel de notre pays et, surtout, de rendre le Mali compétitif.
« Nous avons estimé qu’il ne sera pas un Salon de Bamako, mais un Salon qui va réunir l’ensemble du Mali. Toutes les Régions y seront représentées », a lancé le ministre avant d’ajouter que les industriels qui ne sont peut être pas connus ou peu connus, auront l’occasion de rencontrer l’international et, du coup, lui proposer ce que nous avons comme potentiels. « Nous avons également mobilisé les Maliens de la diaspora pour qu’ils soient présents », a-t-il indiqué.
Mohamed Ali Ag Ibrahim a annoncé que nous attendons d’autres pays que la Turquie qui est l’invité d’honneur. «Nous avons fait passer le message que nous attendons des industriels pour que nous réussissions un transfert de compétences . Parce que tout simplement, d’un côté, dans notre pays, jusqu’à lors, nous sommes de grands producteurs et cultivateurs, nous sommes dans le secteur primaire et, de l’autre côté, historiquement, nous sommes un pays de négoce par excellence », a-t-il affirmé. Il a ainsi indiqué que le segment sur lequel se portera les travaux et se jouera l’avenir de notre pays est celui de la « transformation ». « Il est possible que nous puissions transformer ce que nous consommons », estime le ministre.
« Bamako représente 68% de l’industrie du Mali, une contribution significative du Produit intérieur brut. C’est une très grande partie de la population du Mali, donc il était bon d’échanger avec les autorités communales par rapport à leur participation », a confié le Mohamed Ali Ag Ibrahim. Selon lui, d’importantes recommandations ont été faites qui donnent de nouvelles idées et qui mobilisent davantage.
Il y a aussi eu des échanges fructueux, des suggestions et l’engagement à se mobiliser autour du salon, selon le ministre qui s’est dit très satisfait de cette rencontre tenue à six jours du SIM.
« Nous avons compris que d’autres secteurs veulent se développer pour aller vers l’industrie, et à six jours de la tenue du Salon, nous sommes fins prêts pour la tenue de ce salon, mais nous allons y travailler jusqu’à l’heure de l’ouverture pour parfaire, mieux faire et continuer à mobiliser davantage » a-t-il conclu.
Pour sa part, le maire Adama Sangaré, avant de remercier le ministre pour la tenue de ce premier Salon de l’industrie à Bamako, a indiqué que le district de Bamako est au cœur du développement économique et industriel. A ce titre, les secteurs tertiaire et secondaire apportent à l’économie régionale la croissance nécessaire à la prospérité de la population, à la lutte contre le chômage et à la création d’emplois.
En ce sens, l’Agence pour le développement régional (ADR) de Bamako, à travers son directeur Mahamadou Wadidié, a présenté les différents projets que la ville de Bamako a initiés dans le cadre de la mobilité, de l’assainissement, de l’aménagement, toutes choses qui concourent à une bonne industrialisation de la ville de Bamako. Il a mentionné de grands projets, dans le cadre du transport, des équipements marchands et de toutes les activités productrices de revenu afin d’enrichir le corps de ce Salon, en prélude à l’évènement.
Mohamed Z.
DIAWARA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *