vendredi 20 juillet 2018

Header ad
Header ad

Remise de kits et fonds d’insertion : ADJDM ET SES PARTENAIRES DANS LE CONCRET

Le présidium composé des responsables de l’ONG et de l’administration

Une remise de kits et fonds d’insertion professionnelle à 20 jeunes filles migrantes vulnérables formées par l’Association jeunesse (AJDM) et développement du Mali, s’est déroulée la semaine dernière, au siège de l’Association à Magnambougou Faso Kanu.
La cérémonie a enregistré la participation du directeur exécutif de l’AJDM, Somah Doumbia, de la directrice régionale de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Kanouté Haoua Doumbia et d’un représentant de l’ambassade de France dans notre pays, Zakaria Haffar. Y étaient aussi le représentant de la Fondation des apprentis d’Auteuil, Mathieu Lebas et nombre d’invités.
L’évènement consacrait également la sortie de 20 filles migrantes formées en couture, coiffure et hôtellerie/restauration par l’AJDM avec l’appui de ses partenaires, notamment le Fonds social de développement (FSD) de l’ambassade de France, la Fondation vers l’Afrique (FAV) et Fondation des apprentis d’Auteuil.
Dans son allocution, le directeur de l’AJDM a expliqué que son association travaille depuis maintenant 8 ans, en partenariat avec la Fondation d’Auteuil et plus récemment avec l’ambassade de France, à travers le FSD, dans le cadre de la protection de l’enfance.
Il a ajouté que le projet d’appui à l’insertion socioéconomique et amélioration des conditions de vie des filles migrantes est réalisé grâce à l’appui du FSD et FVA pour un montant global de près de 59 millions de Fcfa.
Il faut préciser que les activités portent essentiellement sur l’alphabétisation, la sensibilisation sur la santé de la reproduction (SR), la réintégration familiale et la formation professionnelle.
Selon Somah Doumbia, la remise d’équipements d’insertion est une réponse à la protection et valorisation des filles migrantes vulnérables. Pour lui, son organisation s’emploiera à atteindre cet objectif.
« Consciente de la situation des filles migrantes, l’AJDM a opté pour des stratégies de sensibilisation et d’information mais aussi de formation et d’insertion pour mieux protéger les filles migrantes et leurs enfants en situation de grande précarité », a relevé le patron de l’AJDM.
Il a aussi souligné qu’en guise d’appui à l’insertion, son organisation donne à chaque fille en restauration un kit de 500 000Fcfa, dont 125 000 Fcfa en espèces sonnantes et trébuchantes. Pour la couture et la coiffure, le kit offert est estimé à 200 000 Fcfa, dont 100 000 Fcfa en espèces. Le responsable de l’AJDM a invité les bénéficiaires à faire bon usage des kits et en tirer profit.
Mme Kanouté Haoua Doumbia a rappelé que la problématique des filles migrantes est une préoccupation majeure de son département. « Depuis quelques années, nous constatons des acteurs dynamiques, y compris l’AJDM, qui s’investissent aux côtés du département en charge de la Promotion de la Femme pour apporter une réponse à ce casse-tête », a souligné la directrice régionale. «Une chose est d’identifier le problème mais une autre est de lui donner une réponse adéquate », a expliqué Mme Kanouté Haoua Doumbia.
Quant à Mathieu Lebas, il a souligné que la Fondation d’Auteuil et ses partenaires européens soutiennent et accompagnent les bénéficiaires dans cette nouvelle vie qui s’offre à elles, à travers l’AJDM. «Nous savons que notre partenaire ne faillira pas dans sa mission car c’est là sa raison d’être et celle de notre partenariat mais aussi de notre fraternité », a-t-il affirmé.
Pour sa part, le représentant de la Fondation des apprentis d’Auteuil a révélé la nécessité de travailler encore plus sur le contenu de nouveaux engagements avec des partenaires supplémentaires.
« Nous présageons qu’ils seront à la hauteur des attentes exprimées de longue date par l’AJDM, notamment celle de pouvoir réaliser la construction d’un centre d’accueil et d’hébergement pour sécuriser nos actions en faveur des jeunes femmes mères en détresse à Bamako », a confié Mathieu Lebas.
Zakaria Haffar a fait remarquer que le FSD a permis l’accompagnement de 51 projets, entre 2014 et 2017, pour un montant total de 1,2 milliard de Fcfa. Et l’AJDM a bénéficié d’une partie de ce financement. « On est très fier, content et satisfait du travail que l’AJDM a accompli », a conclu le représentant de l’ambassade.
Mohamed DIAWARA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *