jeudi 14 décembre 2017

Header ad
Header ad

Obsèques du Pr Bakari Kamian : DERNIERS TEMOIGNAGES DE LA NATION A UN DE SES DIGNES FILS

SONY DSC

L’immense géographe historien chercheur et écrivain, Pr Bakari Kamian, a fait le dernier voyage, dimanche dernier, en Tunisie. Mercredi, se sont déroulées ses obsèques sur le terrain de football de Korofina, en présence du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta (voir l’Essor d’hier).
Une série de témoignages a marqué la cérémonie d’hommage que la Nation a rendue à un de ses dignes fils. S’exprimant au nom des membres de l’Association des écrivains du Mali, Chirifi Haidara, dira que le doyen Kamian a été le monument accompli de la culture nationale, voire supranationale. « Ses nombreuses publications constituent des références pour toutes les générations, malienne, africaine et d’ailleurs », a-t-il ajouté. Avant de rappeler que le Pr Bakari Kamian a été « la citadelle, le rempart infranchissable contre la destruction de nos valeurs transtemporelles ».
A sa suite, le Pr Doulaye Konaté, porte-parole des historiens et universitaires maliens, a soutenu que grâce et à cause de Kamian, « nous étions respectés sur le terrain de la production des savoirs dans le domaine des sciences sociales humaines parce que, sous son impulsion, nous tenions notre place ».
« Pr Bakari Kamian a assigné à l’enseignement de l’histoire un rôle de levier dans la prise de conscience du peuple africain qui ployait sous le joug colonial. Il s’agissait, pour vous, de redonner dignité, confiance aux Africains après des siècles de négation de leur être au monde, toute chose indispensable à la réussite du projet de transformation sociale auquel vous étiez engagé », a-t-il dit, s’adressant au défunt.
Le Pr Konaté de rappeler que la qualité des contributions de l’illustre défunt en géographie lui a valu la reconnaissance de ses pairs qui l’ont élevé au rang de membre d’honneur de la Société de géographie de France en 2006.
Le Président de la République retient de l’homme, « le Professeur émérite, le père, l’oncle bienveillant, le patriote soucieux de son pays jusqu’à la moelle, le grand intellectuel, l’universitaire brillant ».
« Son rôle dans la réhabilitation de l’Histoire africaine est un signe. Je crois que quand un homme de bien de cette dimension s’en va, ce n’est pas seulement la famille, ce n’est pas seulement le pays, ce n’est pas seulement l’Afrique même, c’est l’Humanité qui perd un de ses repères les plus importants », a déclaré Ibrahim Boubacar Kéïta, visiblement fort ému.

M.SIDIBE

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *