mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Mopti : UN Forum pour booster l’entrepreneuriat féminin

La salle de conférence de la délégation régionale de la Chambre de commerce et d’industrie de Mopti a abrité les 27 et 28 septembre dernier un forum sur le genre.
Première du genre en 5è région, cette rencontre s’inscrit dans la dynamique de mise œuvre du Programme élevage pour la croissance économique du Mali « Livestock For Growth» (L4G), financé par le gouvernement américain à travers l’USAID dans le cadre de l’initiative Feed The Future.
L’objectif du forum était de renforcer les capacités des membres des plateformes sur l’entrepreneuriat des femmes et des jeunes, la bonne alimentation de la femme et de la fille et l’empowerment des femmes. Il a regroupé environ 200 participants venus des 28 communes des Cercles de Koro, Bandiagara, Bankass, Mopti et Djenné qui constituent la zone d’intervention du programme en 5è région.
La cérémonie d’ouverture était présidée par le directeur régional de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Moussa Doumbia en présence du directeur exécutif de L4G, Dr Joseph Sedgo et du responsable de l’antenne régionale de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, programme à Mopti, Moussa Doumbia .
Dans son intervention, Dr Sedgo a d’abord expliqué que le programme AECOM – L4G est un programme de développement d’une durée de 5 ans (2015 – 2019) qui couvre trois cercles de la région de Tombouctou (Goundam, Djiré et Nianfunké) et 5 cercles en 5è région (Bandiagara, Bankass, Koro, Djenné et Mopti). Il vise à promouvoir de façon inclusive, la compétitivité économique de la chaine de valeur « Bétail – Viande » au Mali. Le programme AECOM – L4G contribue à l’augmentation de la croissance économique, à travers le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des professionnels. Afin d’accroitre la quantité et la qualité du bétail offert sur le marché et de réduire des coûts de production et de transaction commerciale. Le programme, pour l’atteinte de ses objectifs, procède à la diffusion des nouvelles technologies et s’intéresse à la gestion améliorée d’unités de production, à l’amélioration de l’accès aux intrants et aux services de qualité (santé animale, aliment bétail, semences et germoplasmes fourragers), la facilitation de la commercialisation interne et à l’exportation. Il appuie aussi les acteurs impliqués dans le développement des chaines de valeur, bovin, ovin et caprin en mettant un accent particulier sur les femmes et les jeunes qui constituent des groupes vulnérables, a indiqué Dr Sedgo. Le directeur régional de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Moussa Doumbia s’est réjoui de la tenue de ce forum afin de sensibiliser, d’informer les femmes et les jeunes sur les bonnes pratiques de nutrition, l’entrepreneuriat et de favoriser la mise en relation avec des institutions financières. Il a, au nom des autorités régionales et nationales, remercié le gouvernement américain et l’USAID à travers le programme AECOM/L4G pour toute l’attention dont bénéficient les femmes et les jeunes pour leur développement harmonieux.
Durant deux jours, les participants ont échangé avec les experts sur divers thèmes d’intérêt comme l’entrepreneuriat féminin, les bonnes pratiques d’alimentation, l’éducation financière, les défis des femmes dans le secteur de l’élevage, les causes de dénis aux ressources et opportunités basées sur le genre. La rencontre a permis d’améliorer le rôle de la femme en tant qu’entrepreneur économique dans notre société à travers le sous-secteur élevage
A l’issue des travaux, Mme Dougnon Hariéta Maïga, responsable de la société coopérative « Kamonu ai djouko » de Pel – Maoudé membre de la plateforme de Koro a , au nom des participants, exprimé sa satisfaction totale des activités du projet L4G dans l’autonomisation des femmes. Grâce à L4G, toutes les femmes des villages couverts disposent de petits ruminants qui leur permettent de subvenir aux besoins de la famille, a-t-elle laissé entendre, avant de plaider pour l’extension des activités à d’autres femmes et la pérennisation des acquis.
Dramane COULIBALY
AMAP-Mopti

 

 

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *