mardi 12 décembre 2017

Header ad
Header ad

Mopti : CONCERTATION ENTRE ACTEURS JUDICIAIRES ET PROFESSIONNELS DES BANQUES

Le gouverneur de la Région de Mopti , le général Sidy Alassane Touré a présidé la cérémonie

L’hôtel Kanaga de Mopti a abrité du 1er au 3 novembre dernier, la 3ème édition des Journées de concertation entre les acteurs de la justice et les professionnels des banques et établissements financiers du Mali (APBEF).
Organisée par l’Association des professionnels des banques et établissements financiers du Mali (APBEF) en collaboration avec l’Institut national de formation judiciaire Me Demba Diallo (INFJ), cette rencontre vise à consolider davantage les relations de collaboration et de partenariat entre les deux structures dans le cadre du renforcement des capacités des juges pour une bonne distribution de la justice.
La cérémonie d’ouverture de ce grand forum était placée sous la présidence du gouverneur de la Région de Mopti, le général Sidy Alassane Touré et s’est déroulée en présence du directeur général de l’INFJ Me Demba Diallo, Dr Toubaye Koné, du président de l’APBEF, Moussa Alassane Diallo, du 1er président de la Cour d’appel de Mopti, Issa Traoré, du procureur de la République près la Cour d’appel, Mohamed Maould Najim.
Les magistrats, les auxiliaires de justice du ressort de la Cour d’appel de Mopti, les directeurs généraux, les chefs d’agences, les cadres et assimilés des banques et établissements financiers ont pris part à cet important rendez-vous.
Signalons que les deux premières éditions avaient eu lieu à Bamako et Sikasso. La présente édition avait pour thème « les aspects juridiques du crédit et des opérations bancaires ». Durant la session, les participants ont aussi échangé sur les sous-thèmes comme « le particularisme bancaire », « la responsabilité du banquier », « la lutte contre le blanchissement des capitaux », le « terrorisme et la technique bancaire ».
A l’entame des travaux, le maire délégué de Mopti, Albassa Mahamane s’est réjoui du choix de sa collectivité pour abriter cette rencontre. Il a, au nom du maire, souhaité la traditionnelle bienvenue aux participants. La justice est l’épine dorsale de toute société organisée comme en attestent certaines études qui font la conclusion que la confiance en la justice d’un pays par les investisseurs équivaut de 1 à 2% de croissance du PIB. Pour les milieux d’affaires, il faut un système bancaire de référence, fiable qui sécurise et protège l’épargne sans laquelle il ne peut y avoir d’investissements ou de banque pour financer nos économies.
Et pour que la banque soit à l’aise dans sa mission, il faut un système de distribution de la justice connaissant les spécificités et les contraintes des banques, a expliqué le président de l’APBEF, Moussa Alassane Diallo. Selon lui, dans l’exercice de la profession bancaire, le droit apparaît comme le maître mot, car les dirigeants, le personnel bancaire, les opérations et toutes les activités bancaires (crédits, dépôts, services) sont des éléments de droit.
Sur la question, il a fait état de l’existence d’autres cadres qui contribuent au renforcement des capacités du corps magistral comme l’Association africaine des juristes de banques et établissements financiers (AJBEF) connue pour être un espace de concertation entre banquiers et magistrats, le Projet de développement du secteur financier (PDSF) financé par la Banque mondiale, dont le Mali et le Niger sont cités en exemples et l’ERSUMA, une institution de l’OHADA, en charge de la formation des magistrats, basée à Porto Novo (Bénin).
Le président de l’APBEF a rappelé que ces rencontres organisées par les banques ont un but essentiellement pédagogique qui ne saurait être assimilé à une tentative d’influencer les décisions des juges. Il a annoncé que cette coopération qui permet aux deux structures de mieux se connaître à travers leurs missions respectives va s’inscrire dans la durée pour l’édification d’un climat des affaires serein et propice au développement économique et social du pays.
Le directeur général de l’INFJ a, pour sa part, rappelé que cette session organisée à l’intention des magistrats, des avocats, des notaires, des huissiers commissaires de justice et des professionnels des banques et établissements financiers, s’inscrit dans le cadre des activités de formation interactive, que l’Institut entend promouvoir, afin de renforcer davantage la capacité des praticiens et autres utilisateurs du droit des affaires, sur les dispositifs normatifs en cours dans notre espace. Toubaye Koné a aussi souligné que cette initiative de l’APBEF est en phase avec la dynamique d’autofinancement, la formation continue et de gestion rationalisée prônée par son établissement.
Le gouverneur de la Région de Mopti a apprécié la pertinence de ces 3èmes concertations à travers les thématiques abordées comme la responsabilité du banquier, le blanchissement des capitaux et la lutte contre le financement du terrorisme et le rôle du juge dans la gestion de la fraude dans les opérations bancaires.
Dramane
COULIBALY
AMAP-Mopti

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *