mercredi 28 juin 2017

Montée en D1 : LE STADE MALIEN DE SIKASSO AFFÛTE SES ARMES

Les Stadistes s’entraînent tous les jours au stade Babemba Traoré

Depuis plusieurs mois, le Stade malien de Sikasso prépare, activement, le traditionnel tournoi de montée en première division. Tous les jours, les Stadistes du Kénédougou s’entraînent au stade Babemba Traoré, sous la houlette du technicien Mohamed Fa Kanta. Mais ce vendredi 5 mai, c’est la Réunion d’athlétisme à Kénédougou (RAK), la pelouse du stade Babemba Traoré est occupée par des athlètes venus de tout le Mali et les Stadistes se retrouvent au repos forcé. Visiblement, ils n’avaient pas été informés du changement de programme. Arrivés au stade, quelques minutes avant le début de la Réunion, certains joueurs font un petit tour du terrain, alors que d’autres se contentent de faire des séances de jonglage. L’entraîneur principal, Mohamed Fa Kanta est absent et c’est son adjoint Abdoul Aziz Bamba qui s’occupe du groupe. «Le coach principal est parti à Ségou pour raison de famille, il revient dimanche», indique le transfuge de l’AS Douanes, Mohamed Koné qui a rejoint le club, l’année dernière. Bassoma Sangaré, qui a été l’un des grands artisans de la montée du Stade malien de Sikasso en première division, en 2015, fait également partie des recrues du club. Il revient à la maison, après quelques années passées au COB et au CSD et semble heureux de retrouver ses anciens camarades. «C’est mon premier jour d’entraînement. Je suis heureux de revenir au bercail et j’espère apporter mon expérience à la jeune génération», confie le joueur. Outre Mohamed Koné et Bassoma Sangaré, les Bleus comptent également dans leur rang deux Béninois. Il s’agit des frères Loko, Robert et Roméo qui ont débarqué dans la capitale du Kénédougou il y a quelques mois. Pour l’entraîneur-adjoint, Abdoul Aziz Bamba, tous les espoirs sont permis pour les Bleus, pour la campagne de cette année, c’est-à-dire, le tournoi de montée en première division. «Notre objectif majeur est la montée dans l’élite. Nous disposons d’effectif qui a toutes les qualités pour atteindre cet objectif», martèlera le technicien. Mais avant de prétendre à la montée dans l’élite, le Stade malien de Sikasso doit, d’abord, remporter le championnat régional qui met aux prises 12 formations, cette année. Parmi ces protagonistes, 7 clubs se trouvent dans la seule ville de Sikasso : le Tata, Mont rouge, l’AS Douanes, l’AS Médicine, l’AS Tadona, la Renaissance d’Hamdallaye et, bien entendu, le Stade malien de Sikasso. Les autres équipes sont le FC Tiendougou de Kolondièba, l’Entente sportive et l’AS Alençon de Koutiala, l’AS Baoulé club de Dioïla et l’US Yorosso de Yorosso. L. M. D.

A propos de l'auteur

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *