jeudi 14 décembre 2017

Header ad
Header ad

Manuscrits anciens : LE RÔLE PRIMORDIAL DES DETENTEURS

La salle de conférence de Azalaï Grand hôtel de Bamako a abrité le vendredi 11 et samedi 12 août derniers une importante conférence internationale sur les manuscrits anciens. Intitulée : « Les détenteurs de manuscrits anciens face à la demande croissante d’accès aux manuscrits », cette conférence a réuni une cinquantaine de participants qui sont des détenteurs de manuscrits anciens, des archivistes et documentalistes, des bibliothécaires, des universitaires entre autres venant d’Algérie, d’Allemagne, de la Guinée Conakry, de la Mauritanie, du Niger, de l’UNESCO et bien sûr du Mali.
Organisée par l’ONG Sauvegarde et valorisation des manuscrits anciens pour la défense de la culture islamique (SAVAMA-DCI), cette conférence a pour objectif général d’échanger sur les problématiques suscitées par la satisfaction des besoins (demandes) des utilisateurs des manuscrits, les défis et les enjeux auxquels sont confrontés les détenteurs de manuscrits anciens. Dans ce cas, il est question du rôle du conservateur traditionnel de manuscrit, des mutations de sa fonction au regard de l’évolution des besoins, des usages, des pratiques modernes et des enjeux.
Lors de la cérémonie d’ouverture, le Dr Abdou Kader Haïdara, coordinateur de SAVAMA-DCI, a rappelé la nécessité d’une telle rencontre qui doit permettre surtout aux détenteurs de comprendre les enjeux des manuscrits. Des savoirs et connaissances qui dorment dans les manuscrits sont de plus en plus sollicités par les chercheurs, ce qui est de bon augure, a-t-il lancé en substance. L’examen de ces aspects permettra la formulation de recommandations et de perspectives d’une meilleure collaboration entre les détenteurs et les usagers des manuscrits.
Les conférences-débats se dérouleront en plénière ; les participants auront droit à des communications relatives aux thématiques suivantes : les manuscrits face à la modernité : enjeux et mutation du rôle du bibliothécaire ; la notion de droit appliqué aux documents (manuscrits et archives) : droit de propriété (détention physique), droit d’auteur, droit de propriété intellectuelle et d’œuvre protégée, droit de reproduction et d’exploitation ; la numérisation et la problématique des droits : droits de l’image, propriété, utilisation, exemples de cas litigieux ; la législation malienne et les droits applicables aux bibliothèques de manuscrits : quelles perspectives ?
Dans le domaine des expériences de gestion des manuscrits entre détenteurs et usagers, les participants ont eu droit à des exposés sur des cas précis comme ceux de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba (IHERI-AB); de SAVAMA-DCI ; de la Bibliothèque de Djenné ; de la gestion des manuscrits en Mauritanie ; de la gestion des manuscrits au Niger ; de la gestion des archives en Guinée Conakry.
Pour Almamy Ibrahima Kouréïssi, le chef de cabinet du ministère de la Culture, les manuscrits sont en train de rentrer dans l’air moderne à travers la numérisation pour une meilleure conservation et une facilité d’exploitation pour les usagers.
A cet effet, il est important que les détenteurs connaissent leurs droits et devoirs. L’importante quantité de savoirs que les manuscrits renferment doit être mise à la disposition des chercheurs afin qu’il contribuent au mieux à résoudre les nombreuses difficultés auxquelles nous faisons face de nos jours.
Youssouf
DOUMBIA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *