mercredi 29 mars 2017

Header ad
Header ad
Header ad
Header ad

Lutte contre le sida : POUR LE DÉPISTAGE ET LE TRAITEMENT POUR TOUS

Dans le cadre du mois de décembre dédié à la lutte contre le VIH Sida, le centre Aoua Kéita a abrité, mercredi, un atelier d’échange avec les hommes de média sur l’objectif 3×90 de l’ONUSIDA. L’atelier, placé sous le thème : « Levons les barrières à l’accès au dépistage et au traitement », était animé par le représentant de l’ONUSIDA, Dr Bassirou Diallo, en présence des partenaires techniques et financiers du Haut conseil national de lutte contre le sida (HCNLS).
Cet atelier vise, selon le Dr Diallo,  à atteindre l’objectif 3×90 qui signifie mettre fin à l’épidémie du VIH Sida et aller vers l’élimination du Sida, d’ici à 2030, à sensibiliser les 90% de la population de se faire dépister afin de connaître leur statut sérologique. Il s’agit aussi, selon le représentant de l’ONUSIDA, de faire en sorte que 90% des personnes séropositives soient mises sous traitement et que 90% de personnes qui auront une charge virale indétectable soient mises aussi sous traitement. « Si le Mali parvient à atteindre cet objectif, le Sida sera éliminé d’ici 2030 car la chaine de transmission sera rompue », a-t-il soutenu.
Des explications du Dr Diallo, il ressort qu’en Afrique occidentale et centrale, environ 6 millions de personnes sont infectées par le VIH Sida. Toujours, selon le Dr Diallo, sur 1 272 femmes enceintes séropositives au Mali, 1 212 ont bénéficié de la prophylaxie ARV, pendant que sur 100 Maliens, 90% ne connaissent pas leur statut.
« Ceci est un problème majeur, c’est pourquoi notre pays doit aller vers l’innovation en impliquant les jeunes dans la lutte contre cette pandémie et en prenant des initiatives ciblées sur les objectifs  de ‘’zéro discrimination ‘’ », a-t-il dit.
A en croire le représentant de l’ONUSIDA, la lutte contre le Sida est une lutte continue. Il est important, a-t-il ajouté, de cerner tout ce qu’il y a comme barrières pour mettre en œuvre rapidement l’élimination de la pandémie. « Cela dépend du volontarisme et de la bonne volonté de tout un chacun, en s’engageant à renforcer les systèmes de santé et les communautés, à promouvoir les droits humains, à assurer la sécurité des produits de base, à faciliter l’accès au service de prévention et de traitement du VIH », a déclaré Dr Bassirou Diallo.
« Dans la lutte contre ce fléau, des progrès importants ont été réalisés », s’est réjoui le  représentant de l’ONUSIDA qui estime, d’ailleurs, qu’au Mali on peut aller vers l’élimination du Sida à l’horizon 2030.
Fatoumata YANOGA

A propos de l'auteur

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *