mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Lutte contre le paludisme : DES MOUSTIQUAIRES POUR CHAQUE MENAGE DANS LA REGION DE MOPTI

1 774 865 moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action ont été distribuées gratuitement à la population de Mopti au cours d’une campagne de distribution qui a débuté le 10 août dernier.
La campagne qui s’étendra jusqu’à aujourd’hui 15 août est la deuxième du genre et va permettre de réduire de 50% le nombre des épisodes de paludisme dans la population et de 10% la charge de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans.
La campagne a été lancée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique Pr Samba Ousmane Sow dans la salle de spectacle Sory Bamba. On y notait aussi la présence du gouverneur de la Région de Mopti Sidiki Samaké, du maire de Mopti Issa Kansagne et le représentant de Population service international (PSI Mali) Alex K. Brown.
Pour la couverture des 3 638 258 personnes dans la Région de Mopti, le Fonds mondial a mobilisé un montant d’environ 4 milliards de Fcfa. A cela, il faut ajouter un coût opérationnel de 359 522 358 Fcfa, entièrement financé par le Fonds mondial.
La contribution globale au titre de la campagne s’élève à un peu plus de 4,3 milliards de Fcfa. Le représentant de PSI Mali a expliqué que son organisation a mobilisé ce fonds afin de faire du Mali, un pays sans paludisme. Le Fonds global collecte et investit près de 4 milliards de dollars, soit un peu plus de 2 000 milliards de Fcfa par an à l’appui des programmes menés par des spécialistes dans plus de 140 pays.
Alex K Brown a souligné que les gouvernements des Etats Unis et de la France sont les deux plus gros donateurs du Fonds mondial. Mais l’Union européenne, l’Allemagne, l’Espagne, la Grande Bretagne, l’Italie, le Japon, et les Pays Bas aussi y contribuent largement. Le Fonds global est présent au Mali depuis 2002. Il a déjà investi près de 241 millions de dollars. Pour lui, la distribution gratuite de moustiquaires imprégnées à toute la population malienne est une des activités à impact, retenues par le gouvernement dans la lutte contre le fléau. Le ministre en charge de la Santé a notamment indiqué que l’un des meilleurs moyens de lutter efficacement contre le paludisme est de dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action (MILD). Selon lui, les études ont montré que lorsque 80% de la population utilisent des MILD cela permet de réduire de 50% le nombre d’épisodes de paludisme dans la population et 10% le nombre de décès parmi les enfants de moins de 5 ans par année. Il a aussi expliqué que c’est à partir de ce constat que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé la couverture universelle qui consiste à distribuer les moustiquaires à toute la population à raison d’une moustiquaire pour deux personnes, en moyenne par ménage.
Par ailleurs, Samba Ousmane Sow a déclaré que le paludisme est responsable de plus d’un million de décès par an. Plus de 90% de ces décès surviennent en Afrique au Sud du Sahara. En dehors de ces conséquences sanitaires, le paludisme est reconnu comme une maladie de la pauvreté par les Nations unies et sa réduction intègre les Objectifs pour le développement durable (ODD). Dans notre pays, il représente un problème majeur de santé publique par sa charge de morbidité et de mortalité mais surtout son impact socio-économique.
Les femmes et les enfants de moins de 5 ans en paient le plus lourd tribut. Selon l’Enquête sur les indicateurs du paludisme au Mali (EIPM), réalisée en 2015, la prévalence du paludisme est de 35,7% au niveau national et 59,8% dans la région e Mopti.
Face à cette situation, le Mali avec l’appui de ses partenaires au développement a entrepris l’intégration et la mise en œuvre de stratégies de lutte efficaces contre le phénomène. Il s’agit de la pulvérisation intra domiciliaire (PID) qui a démarré dans la région depuis le 24 juillet 2017. Cette lutte anti vectorielle couvre 54 aires de santé dans 4 districts sanitaires. Les autres stratégies sont la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants de 3 à 59 mois et l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action.
Le ministre a invité l’ensemble de la population de Mopti à prendre part massivement à cette campagne et dormir sous ces moustiquaires. Il a demandé aux autorités régionales de s’approprier l’activité pour plus de rigueur dans la gestion et une grande couverture de la population.
Fatoumata NAPHO

 

 

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *