dimanche 24 septembre 2017

Header ad
Header ad

Lutte contre la prolifération des armes légères : LES ACTEURS EN CONCLAVE POUR UNE MEILLEURE SÉCURISATION DES STOCKS D’ARMES ET DE MINUTIONS AU SAHEL

Un stock d’armes et de munitions destiné
à la destruction

L’hôtel ONOMO abrite depuis hier une session de validation des procédures opérationnelles standards (Sops) et procédures administratives pour la sécurisation physique et la gestion des armes. L’ouverture de l’atelier était présidée par le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, l’inspecteur général Moro Diakité. C’était en présence de plusieurs responsables des services de sécurité et des représentants des partenaires techniques et financiers.
L’objectif global de cette rencontre qui prendra fin vendredi prochain, est de contribuer au renforcement de la sécurité dans la région du Sahel et ce, grâce à une meilleure sécurisation physique et gestion des stocks gouvernementaux d’armes et de munitions. Cet objectif ne sera atteint qu’en disposant de meilleures outils et en se conformant aux normes de gestion.
Dans son discours d’ouverture, le représentant du ministre de la Sécurité et de la Protection civile a rappelé que dans le cadre du programme d’action 2001 des Nations unie pour prévenir, combattre et éradiquer le trafic illicite des armes légères et de petit calibre (ALPC) et de la stratégie de 2005 de l’Union européenne pour lutter contre l’accumulation et le trafic illicite des ALPC et leurs minutions, le conseil de l’Union européenne a mis en place un projet d’une durée de 36 mois. Ce projet qui couvre six pays dont le Mali, est financé par le bureau de l’ONU pour les affaires de désarmement (UNODA) et mis en œuvre par le Centre régional de la paix et le désarmement en Afrique (UNREC).
Par ailleurs, l’inspecteur général Moro Diakité a souligné que le Mali n’est pas resté à l’abri du phénomène de la prolifération et du trafic illicite des ALPC. «Le trafic de ces armes à feu illicite alimente le terrorisme et le crime organisé, devenant de sérieuses menaces à la paix, à la sécurité et au développement», a-t-il soutenu.
Avant de terminer son intervention, le représentant du ministre en charge de la Sécurité a salué les efforts et l’implication de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères (CNLPAL). «Je reste convaincu que les travaux que vous allez réaliser dans les jours à venir apporteront une contribution significative dans le renforcement de nos capacités de gestion et de sécurisation des armes dans notre pays», a conclu l’inspecteur général Moro Diakité.
Maïmouna Sow

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *