mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Le président Keïta à Berlin : DES CONTACTS PROMETTEURS

Le chef de l’Etat a salué les actions des organismes allemands dans notre pays

Le chef de l’Etat a rencontré au cours de la journée d’hier plusieurs personnalités allemandes qui
opèrent dans le domaine des relations entre leur pays et l’Afrique

En marge des travaux de la conférence internationale « Partenariat G20, investir dans un avenir commun », le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a reçu hier en audience une délégation de l’Association allemande de l’Economie pour l’Afrique (Afrika Verein), conduite par son président, Dr Stefan Liebing. La rencontre s’est déroulée dans un salon de l’hôtel Palace Berlin où le chef de l’Etat a pris ses quartiers.
L’entretien entre le président Keita et ses hôtes a porté sur le renforcement des liens de coopération entre les deux parties.  Ils ont échangé également sur les opportunités d’investissement et de réalisation de projets  relatifs aux infrastructures, aux énergies renouvelables, à l’hydraulique et aux industries. « Nous sommes en train de voir comment créer des conditions nécessaires pour l’industrialisation du Mali », a expliqué le président de « Afrika Verein ».
La délégation envisage de venir au Mali pour tâter le terrain. « Afrika Verein » dispose d’un vaste réseau qui encourage l’échange entre les acteurs allemands et africains opérant dans les domaines politique et économique. Dans le cadre de cette démarche, elle entend donner une nouvelle image de l’Afrique et du Mali en particulier en République fédérale d’Allemagne.
Le chef de l’Etat s’est entretenu également avec Kurt Beck, le président de la Fondation Friedrich Ebert, sur des questions d’actualité comme la situation politique dans le pays, la paix et la réconciliation.  Selon Kurt Beck, la Fondation Friedrich Ebert contribue à la résolution pacifique de la crise malienne.
Présente au Mali depuis près de 50 ans, elle y intervient à travers la publication d’études, l’organisation de séminaires, d’ateliers et de conférences qui contribuent aux échanges d’idées et d’expériences ainsi qu’au renforcement de capacités.  En mars dernier, la Fondation Friedrich Ebert a  publié l’enquête d’opinion, dénommée « Mali-Mètre », qui a pour but de contribuer à l’identification des défis du Mali. Notons que Kurt Beck fut président du parti Social-Démocrate, président du Conseil fédéral d’Allemagne et ministre-président de l’Etat de la Rhénanie-Palatinat pendant plus de 18 ans.
Autre personnalité reçue par le chef de l’Etat : Mme Ursula EID,  présidente de la Fondation allemande pour l’Afrique, ancien secrétaire d’Etat chargé du Développement et représentant personnel du G8 Afrique du chancelier Gerhard Schröder. L’objet de cette rencontre était de renforcer les relations bilatérales, d’amitié qui datent depuis plusieurs années entre les deux pays. Mme Ursula EID s’est réjouie aussi du processus de paix engagé dans notre pays. Elle a promis d’accompagner le Mali dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. La Fondation allemande pour l’Afrique est une institution qui s’attèle à promouvoir les relations politique et économique entre l’Allemagne et l’Afrique. Elle est  financée exclusivement par le ministère fédéral allemand des Affaires étrangères dont elle constitue un des plus influents instruments de mise en œuvre des grandes orientations de la politique africaine du gouvernement fédéral.
Actualité obligeant, le chef de l’Etat a clôturé cette série d’audiences de la journée de mardi par la rencontre avec les opérateurs économiques maliens.  Ils étaient venus demander conseil et appui auprès du président Keïta en prélude à la Table ronde des investisseurs qui s’ouvre aujourd’hui à Berlin. « Le chef de l’Etat nous a fait le compte  rendu des actions menées par lui auprès des autorités allemandes pour promouvoir le secteur privé», nous a confié le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, Youssouf Bathily qui a souhaité l’élaboration d’un accord cadre avec « Afrika Verein » pour booster le secteur privé de notre pays.

Envoyée spéciale
Christiane DIALLO

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *