samedi 20 janvier 2018

Header ad
Header ad

Décentralisation:LA JOURNEE NATIONALE DES COMMUNES DU MALI OU LA FÊTE DE LA DÉCENTRALISATION

En vue de célébrer la décentralisation et le développement local, il est institué une journée nationale des communes du Mali. C’est l’occasion de mesurer le chemin parcouru et de se projeter vers l’avenir. Et pour les collectivités de formuler des requêtes et de s’auto-évaluer. La manifestation, la 14ème édition, est annoncée pour s’étaler du 21 au 23 décembre

Depuis 2013, cette activité était en veilleuse et peu de choses aussi ont évolué dans la pratique. La crise multidimensionnelle et l’Accord de paix sont passés par là, empêchant la tenue régulière de l’événement. Ce qui amène l’Association des municipalités du Mali (AMM) à reconduire presque le même mémorandum. Les nouveaux maires doivent aussi s’accorder sur une nouvelle équipe dirigeante.
C’est le décret N° 01-291 /PRM du 06 juillet 2001 qui institue cette manifestation annuelle et fixe sa date. Une fois par an, les représentants de toutes les collectivités du Mali (District, communes, cercles et régions) se retrouvent afin de débattre, de se côtoyer et de proposer des correctifs ou minimiser les difficultés qui se posent aux acteurs du développement local. Les objectifs, selon ce décret sont : La célébration de la décentralisation à travers l’organisation des festivités culturelles, des activités de mobilisation sociale, des rencontres communales et intercommunales sur des préoccupations spécifiques.
Parfois, elle permet la proclamation du résultat d’un concours entre les communes.
C’est l’occasion pour les Associations faîtières des collectivités (AMM, ACCRM, ARM) de poser un diagnostic sans complaisance du processus de décentralisation et de proposer des pistes de solution aux autorités. Cela pour apporter des correctifs aux lacunes et insuffisances. Les élus locaux s’offrent l’occasion de poser directement au président de la République, les difficultés et les incompréhensions. Ou pour des explications et des éclairages avec les services techniques et des autorités. Le processus a surtout besoin d’un appui politique fort, pour l’application des textes qui régissent la décentralisation.
Les collectivités maliennes, les services techniques, l’administration et leurs partenaires se mettent ensemble pour discuter des difficultés rencontrées, proposer souvent des solutions.
Le thème central est complété par des sous thèmes, tous découlant des préoccupations des collectivités. Au lieu d’une simple journée de parade, les organisateurs mettent l’accent sur une rencontre de trois jours. Ce qui les permet de discuter des préoccupations essentielles des collectivités. C’est l’occasion aussi pour les élus locaux de côtoyer les autorités.
La première journée est surtout consacrée à la cérémonie d’ouverture de la journée sous la présidence du chef de l’Etat (adresses du président de l’AMM, du président du HCC, du ministre de la Décentralisation et du président de la République). Le deuxième acte est la remise d’un Mémorandum des élus locaux par le président de l’AMM au président de la République. Ce catalogue des préoccupations et des attentes des élus locaux par rapport au processus de décentralisation constate les faiblesses, les insuffisances. Les acquis aussi sont mis en avant. L’après midi est consacré à la réception par le chef de l’Etat des participants de la journée Nationale des Communes du Mali.
Les jours suivants sont consacrés aux travaux en commissions et aux plénières sur les thématiques ayant trait aux préoccupations des collectivités territoriales.
La Journée Nationale des Communes marque un temps d’arrêt, depuis quelques années. En lieu et place d’une périodicité annuelle, elle migre vers une manifestation biennale ou triennale.
Elle est l’occasion aussi pour l’Association des Municipalités du Mali (AMM) de tenir son congrès ordinaire. Un congrès qui doit élire une nouvelle direction politique. Pour une fois, la sagesse recommande de tenir un renouvellement qui ne se terminera pas devant les juridictions. Comme ce fut le cas lors du dernier congrès, après les élections communales de 2009.
Issa Camara

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *