mardi 12 décembre 2017

Header ad
Header ad

Koro : LA PSYCHOSE DE L’INSÉCURITÉ

Les populations vivent dans la peur des attaques djihadistes et terroristes

Le Cercle de Koro connait depuis plus d’une année une situation d’insécurité qui prend des proportions de plus en plus inquiétantes. Avec le déplacement de la crise du nord vers le centre du pays, le Cercle de Koro est devenu le repaire de groupes terroristes. Malgré les multiples efforts déployés par nos forces de défense et de sécurité, ces groupes armés continuent de semer la terreur dans la zone.
Les communes situées à l’est de Koro (Bondo, Dioungani, Dinangourou et Yoro) constituent leur base arrière. La situation est telle que la plupart des agents de l’Etat se sont repliés. De fait, les services ne sont plus assurés dans ces communes.
Aussi, cette année la rentrée scolaire a-t-elle accusé un grand retard dans le CAP de Dioungani qui couvre les trois communes de l’est de Koro. Depuis presqu’un mois, l’armée a lancé une grande opération dans la zone pour voler au secours des populations qui avaient tant souffert des attaques et des assassinats perpétrés par les groupes se prétendant djihadistes. Au moment où l’espoir d’une sécurité retrouvée renaissait dans le Cercle, voilà que dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 novembre, deux hommes armés, arrivés sur une moto Sanili ont froidement assassiné Oumar Boureima Barry chez lui à Koro-ville. Ils étaient arrivés aux environs de 22 heures dans la famille de Oumar Boureima Barry qui dormait. Ils se sont adressés à sa femme prétextant avoir besoin de ses services. Ils ont convaincu la femme de réveiller son époux.
Pensant aider les visiteurs à conduire une femme en travail à la maternité, il les a suivi et il fut abattu de coups de feu devant son domicile. Immédiatement les siens ont alerté le quartier et l’émoi a gagné toute la ville.
Les éléments des forces armées ont réagi en bouclant la zone avant de procéder à un ratissage. Entre temps les bandits avaient réussi à disparaitre dans la nature. Les recherches durant la nuit n’ont rien donné. Certains ont craint une nouvelle attaque djihadiste sur la ville. Le lendemain matin l’information de l’assassinat de Oumar Boureima Barry, un membre actif du groupement des éleveurs du cercle a fait le tour de la ville. Avec cet assassinat ciblé à Koro-ville, c’est non seulement un sentiment de tristesse mais aussi de peur qui commence à s’installer.
L’on a par ailleurs appris qu’un relais communautaire de santé qui travaillait dans la zone de Dioungani dans le cadre des journées nationales de vaccination contre la poliomyélite couplée à la Semaine d’intensification des activités de nutrition (SIAN) lancée le vendredi dernier, avait été enlevé. Ses ravisseurs l’ont maintenu ligoté pendant plus de 24 heures, avant de le relâcher dans la journée du lundi.
Moussa NIANGALY
AMAP-Koro

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *