mardi 20 février 2018

Header ad
Header ad

Kenya: l’opposition « investit » Raila Odinga malgré sa défaite électorale

L’opposant kenyan Raila Odinga brandit une bible lors d’un rassemblement public le 27 janvier 2018 à Homa Bay, sur les bords du lac Victoria

Des milliers de partisans du dirigeant de l’opposition kényane Raila Odinga se sont rassemblés mardi à Nairobi pour l’investir « président alternatif » malgré sa défaite électorale, tandis que le gouvernement réprimait les médias qui retransmettaient la cérémonie.

L’annonce de l’évènement, trois mois après le scrutin boycotté par l’opposition et où l’opposant affirme que la victoire lui a été volée, avait fait craindre des violences, la police ayant averti qu’elle l’empêcherait. Les forces de l’ordre gardaient toutefois leurs distances alors que des milliers d’opposants étaient réunis dans le parc Uhuru de Nairobi.

M. Odinga, 72 ans, est un vétéran de la politique kényande qui affirme que des fraudes l’ont privé de la victoire à la présidentielle à plusieurs reprises dans le passé et il refuse d’accepter la réélection l’an dernier du président sortant Uhuru Kenyatta après des mois de troubles où, selon des défenseurs des droits de l’homme, 92 personnes ont été tuées.

Un premier vote avait eu lieu le 8 août, remporté par M. Kenyatta, mais le résultat avait été annulé par une décision historique de la Cour suprême et un nouveau scrutin avait été organisé le 26 octobre. Affirmant que l’élection ne serait pas honnête, M. Odinga avait boycotté le vote et M. Kenyatta l’a emporté avec 98% des voix. Il a été officiellement investi fin novembre.

A la veille de l' »investiture » de son rival, les patrons de presse ont publié un communiqué disant que le président Kenyatta les avait convoqués pour menacer de « fermer et retirer les licences de tout média qui retransmettrait en direct » la cérémonie.

Certaines chaînes de télévision ont toutefois défié l’interdiction et une des principales, Citizen TV, a rapporté en ligne mardi matin que ses transmissions avaient été coupées par l’autorité des communications. La retransmission se poursuivait malgré tout sur son site web.

« Ils ont peur, ils ne veulent pas que le monde voie ce qu’il se passe, ce que veut le peuple », a déclaré un homme une pierre à la main, attendant la venue de M. Odinga.

Une première cérémonie avait été reportée par le vieux leader de l’opposition le mois dernier mais son parti a souligné qu’une « investiture » aurait bien lieu mardi.

AFP

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *