lundi 23 octobre 2017

Header ad
Header ad

Kayes : LES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE À L’ÉCOLE DU BUDGET

Le Conseil régional de la société civile de Kayes a, grâce à l’appui financier du ministère de l’Economie et des Finances, organisé le 4 octobre, une campagne d’information et de sensibilisation des citoyens sur le contenu des finances (budget citoyen). Cette conférence populaire qui s’est déroulée au Conseil de cercle de Kayes, a enregistré la présence de Yoro Kaba, représentant du Conseil national de la société civile (CNSC). Ont également participé à cette rencontre, le représentant des chefs de quartiers de la cité des rails, des présidents de la Organisations de la société civile (OSC) des communes de Diéma, Ségala, Kita, Sébékoro, Toukoto, Yélimané, Samé, Kayes, Guédemé et Diongoma. L’objectif est de renforcer les capacités de ces acteurs afin qu’ils fassent une bonne restitution sur le budget citoyen.
Le conférencier, Adama Kariba Koné de la direction régionale du Budget de Kayes, a échangé avec les participants sur le thème « Ma Commune ». Le budget citoyen est considéré comme un document simplifié de la Loi des Finances qui cherche à expliquer, en forme simple, l’origine, l’exécution et la finalité des ressources publiques. Il résume les principaux chiffres figurant dans cette loi, à travers lesquels le citoyen peut comprendre la façon, dont les dépenses sont réparties pour financer les services publics, ainsi que les recettes provenant de diverses sources. Ce document leur permet également de suivre les dépenses publiques et de prendre connaissance des niveaux du déficit budgétaire et l’endettement public ainsi que de l’évolution des principaux indicateurs macro-économiques.
Durant la dernière décennie, le gouvernement a posé plusieurs actes pour marquer sa volonté de transparence et de respect du droit citoyen à l’information. Parmi ceux-ci, figure la loi du 23 juillet 2013 portant approbation du Code de transparence dans la gestion des finances publiques. Cette loi prévoit, dans son préambule, que « l’argent public est au cœur de l’Etat et de la démocratie. La collecte et l’utilisation des fonds publics respectent les principes de l’Etat de droit : la légalité, la transparence, le contrôle démocratique et la responsabilité ». « Cependant, entre cet engagement solennellement exprimé et la réalité en matière de gestion budgétaire, il existe un hiatus », a constaté le président du Conseil régional de la société civile de Kayes, Mamadou Coulibali.
Afin de pallier cette insuffisance, le Conseil national de la société civile s’est engagé comme porteur d’initiative, pour rendre accessible l’information sur les finances publiques à ses structures de base. De ce fait, elle a prévu des ateliers, des conférences-débats, des espaces-contacts et des outils de communication adaptés aux réalités des organisations de la société civile malienne. L’objectif est de contribuer à la transparence et à la modernisation de la gestion des finances publiques, en amenant les OSC à veiller, informer largement les citoyens sur les budgets (national et communal).
« L’accès à l’information est le moyen pratique, effectif et légitime permettant aux citoyens d’exercer le contrôle de l’action publique. Les Maliens, dans la grande majorité, n’ont pas accès à l’information sur les activités publiques des décideurs et surtout l’information financière qui est devenue un secret pour les citoyens qui contribuent aux ressources financières à travers les sommes perçues en leurs noms, mobilisée dans le pays et auprès des sources extérieures », a expliqué Mamadou Coulibali.

Bandé Moussa SISSOKO
AMAP-Kayes

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *