mardi 23 mai 2017

Journée internationale de la famille : RENOUVEAU DANS LA RECHERCHE DU BIEN-ÊTRE FAMILIAL

La conférence-débat était présidée par le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Oumou Touré

Notre pays, à l’instar de la communauté international, a célébré le 15 mai dernier la Journée internationale dédiée à la famille. A cet effet, le ministère de la  Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a initié une conférence-débat. C’était  au centre Aoua Keïta.  Cette 23è édition de la Journée internationale dédiée à la famille est célébrée sous   le thème international   : «L’expérience famille sous la loupe  » et sous le thème national : «Le renforcement de la cellule familiale : Quel diagnostic sur son évolution et sa place dans la prise en compte du dividende démographique pour un développement durable au Mali ». Proclamée par l’Assemblée générale des Nations unies  en septembre 1993, cette Journée est une manifestation qui reflète l’importance que la communauté internationale attache à la famille, cellule de base de la société, ainsi que l’intérêt qu’elle porte à la situation des familles dans le monde. Elle incite les gouvernements à faire porter leurs efforts sur la politique familiale. La Journée internationale de la famille est aussi l’occasion de mieux faire connaitre les problèmes que subissent les familles et de stimuler les initiatives appropriées. Elle permet également de mettre en relief la solidarité qui unit les familles dans leur recherche d’une meilleure qualité de vie. La conférence-débat a donné lieu à  des discussions entre universitaires spécialisés, chercheurs et professionnels de l’enfance et de la famille, de la santé sur des questions de démographie.  Les  échanges ont porté sur des  questions clés relatives à l’évolution de la famille au Mali. En plus de ce panel, des communications sur la mise en œuvre de la stratégie nationale de promotion de la famille et sur l’état des lieux de la planification familiale au Mali depuis 2013 ont été présentées.   Lors des échanges, des propositions de solutions en vue d’améliorer les conditions de vie de chaque membre de la famille pour la « promotion d’une vie saine pour un avenir durable » ont été faites. Il s’agit de mettre l’accent sur les défis relatifs aux différentes problématiques liées à l’évolution de la cellule familiale. L’occasion était bonne pour le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Oumou Touré de rendre  hommage à l’ensemble des hommes et des femmes de notre pays engagés aux côtés de l’Etat dans l’identification et la mise en œuvre d’alternatives susceptibles d’atteindre le bien-être de nos familles.  Cette année, a expliqué le ministre, à l’image des cinq dernières années, la Journée internationale de la famille, intervient  dans un contexte d’insécurité pour les familles de notre pays.   Elle citera entre autres, la montée de l’extrémisme violent, les déplacements forcés.  Parlant du choix du thème de cette 23e édition de la Journée de la famille, le ministre a souligné que le choix n’est pas gratuit. En effet, depuis plusieurs décennies,  elle  subit plusieurs contrecoups tant endogènes qu’exogènes qui méritent d’être diagnostiqués afin de renforcer la famille. Cette action d’envergure dépasse les compétences des seuls acteurs en charge de la famille et exige donc l’implication de tous, a souligné Mme Traoré Oumou Touré. Ainsi, à travers le choix de ce thème,  dira-t-elle, son département entend mettre à contribution toutes les familles et toutes les communautés de notre pays à s’investir pour des actions visant la réduction des phénomènes néfastes à l’essor de la famille malienne. A cet effet, un changement notable de comportement s’impose à tous pour la réussite de cette initiative. Bref le thème de cette édition nous invite à plus d’attention sur la famille malienne qui est confrontée à de nombreuses difficultés, a lancé le ministre.  Elle espère que la présente édition de la Journée internationale de la famille soit le point de départ de ce renouveau dans la recherche du bien-être familial.  Mme Traoré Oumou Touré a annoncé l’organisation prochaine par  son département, d’un colloque national sur l’évolution de la famille malienne en rapport avec plusieurs départements ministériels.  « Ce forum permettra, j’en suis persuadée, d’aller au fond de la réflexion pour un mieux-être durable de nos familles », a indiqué le ministre. Parlant du  concept démographique,  le ministre dira que  l’un des défis en  la matière reste la planification familiale.  En effet, selon EDSM V (2012-2013), les besoins non satisfaits de planification familiale se situent autour de 30,3%, car les méthodes modernes ne sont utilisées qu’en dessous de 10%, malgré l’existence de la loi n° 02-044 du 24 juin 2002 initiée pour la promotion des droits des couples et des individus en matière de planification familiale. Rappelons que le Mali enregistre des taux élevés de mortalité maternelle (368 pour 100 000 naissances vivantes, de mortalité néonatale de 35 pour mille, de mortalité infantile et infanto-juvénile, respectivement de 58 et 98 pour mille). Ces statistiques,  a souligné Mme Traoré Oumou Touré,  doivent nous pousser à des actions urgentes et durables en matière d’utilisation des services et surtout d’offres de services. Les populations, mais aussi les pouvoirs publics, sont donc interpellés. (CCom MPFEF)

A propos de l'auteur

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *