vendredi 20 juillet 2018

Header ad
Header ad

Jeux nationaux de la jeunesse : LA SUPRÉMATIE BAMAKOISE

Les athlètes du District de Bamako ont survolé la compétition, en remportant 27 médailles, contre seulement 14 pour le deuxième, Koulikoro et 13 pour Sikasso qui complète le podium

Les athlètes de Bamako ont tout raflé. Avec 27 médailles, dont 19 médailles d’or, 5 médailles d’argent et 3 médailles de bronze, la ligue du District n’a laissé aucune chance aux régions de l’intérieur pour les premiers Jeux nationaux de la jeunesse qui se sont déroulés du 24 au 30 décembre au stade du 26 Mars.
Parfaite illustration de leur suprématie, les athlètes de Bamako ont remporté des médailles dans toutes les sept disciplines de cette première édition des Jeux nationaux de la jeunesse (athlétisme, karaté, taekwondo, volley-ball, handball, football féminin de salle, basket-ball féminin 3X3).
La 2è place du classement est revenue à Koulikoro qui a remporté 6 médailles d’or, 4 médailles d’argent et autant de médailles de bronze, alors que l’équipe de Sikasso complète le podium, avec 3 médailles d’or, 6 médailles d’argent et 4 médailles de bronze. Bamako n’a donc laissé que des miettes aux autres régions. Après avoir terminé en tête dans les disciplines individuelles (athlétisme, karaté, taekwondo), les athlètes de la capitale ont, également, remporté les finales des tournois collectifs. Au football féminin de salle, Bamako a battu l’équipe de Tombouctou (1-0) et s’est imposé au basket-ball, face au grand favori des jeux, Kidal (11-8). Au tournoi de handball, l’équipe du District a dominé Kayes (26-16), avant de récidiver face au même adversaire dans la finale du volley-ball (3 sets à 1). Parrainés par la Première dame, Keïta Aminata Maïga, les Jeux nationaux de la jeunesse ont été organisés par le Comité national olympique et sportif (CNOS). La cérémonie de clôture s’est déroulée, le samedi 30 décembre, dans la salle de basket-ball du stade du 26 Mars.
Dans son allocution de clôture, le président du CNOS, Habib Sissoko dira que l’avènement des Jeux nationaux de la jeunesse est l’expression de la volonté du CNOS de traduire dans les faits ce qui est explicitement formulé dans ses statuts. «L’idée des Jeux nationaux de la jeunesse se fonde sur le sentiment d’appartenance à la même nation; d’en partager les valeurs profondes et d’en défendre le patrimoine et le territoire. A cette volonté du Comité national olympique et sportif s’est ajoutée l’exigence de l’actualité qui est la quête de la paix et de la cohésion sociale pour notre pays», soulignera le premier responsable du CNOS.
«Durant une semaine, poursuivra Habib Sissoko, la jeunesse malienne s’est positivement illustrée sur le terrain des sports et les premiers Jeux nationaux ont vécu dans le lien entre le pays et le citoyen». Le premier responsable du mouvement olympique national conclura en affirmant que «les résultats sportifs ont été obtenus dans une saine émulation».
Pour le secrétaire général du ministère des Sports, Seydou Dawa le choix porté sur la jeunesse pour cette première édition des Jeux nationaux «a été indéniablement un choix raisonné, parce que cette catégorie occupe plus de 60% de notre population, d’une part et d’autre part, parce que, c’est l’âge le mieux indiqué pour inculquer les valeurs culturelles et sportives, afin de mieux façonner l’adulte de demain. Au total, 869 athlètes étaient attendus pour ces premiers Jeux nationaux de la jeunesse, mais il y en a eu moins, parce que certaines régions sont venues avec des délégations réduites.
Mais pour le président de la commission d’organisation, colonel-major Bréhima Diabaté, le plus important était la participation de l’ensemble des régions et la réussite des jeux sur le plan organisationnel. De ce point de vue, jugera le patron de la commission d’organisation, le bilan est satisfaisant. «Le Comité national olympique et sportif est satisfait et le sport a gagné. Le bilan est positif. Toutes les régions sont venues», dira le colonel-major Bréhima Diabaté, avant d’évoquer la 2è édition des jeux.
«Le CNOS a été autorisé par le gouvernement d’organiser la première édition. Nous souhaitons que le gouvernement accepte que nous organisions la compétition tous les deux ans», confiera le président de la commission d’organisation.
Concernant les problèmes rencontrés, lors de cette première édition des jeux, Bréhima Diabaté indiquera que le budget prévisionnel de 70 millions a été dépassé et que «certaines délégations sont arrivées à Bamako très épuisées par la fatigue du voyage qui a duré 4 jours pour certains participants».
Ladji M. DIABY

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *