jeudi 17 août 2017

Header ad
Header ad

Insertion des jeunes : LES AUTORITES MUNICIPALES S’INTÉRESSENT A LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Le maire du District de Bamako a visité hier différents établissements professionnels et entreprises privées de la capitale. Afin de s’enquérir des difficultés auxquelles font face les bénéficiaires
Le patron de l’hôtel de ville de Bamako Adama Sangaré a conduit hier une forte délégation municipale dans différents établissements professionnels et entreprises privées de la capitale. Dont l’Ecole centrale pour l’Industrie, le Commerce et l’Administration (ECICA), l’Unité de transformation de la Coopérative « Doké » et  Graphique Industrie. La visite s’inscrivait dans le cadre des activités du Programme d’appui à la formation professionnelle de Swisscontact qui se propose d’améliorer l’insertion des jeunes  par l’appui au développement d’un nouveau dispositif d’information et  d’orientation professionnelle.
Les bénéficiaires ont acquis des compétences ciblées leur permettant de se perfectionner et de développer des activités économiques dans les secteurs porteurs comme l’agriculture, l’élevage, l’artisanat , les services ou les bâtiments et travaux publics.
Par cette visite, le maire du District de Bamako Adama Sangaré entendait s’enquérir des difficultés auxquelles font face les bénéficiaires. C’est l’ECICA qui a en constitué la première étape , précisément l’atelier de froid/climatisation dudit établissement dans lequel des hommes en blouse bleue étaient affairés au dépannage d’appareils froids (réfrigérateurs, climatiseurs). Ces hommes, bénéficiaires de la formation proposée par Swisscontact, à en croire le maire, étaient des jeunes en déperdition ou au chômage  qui ont accepté d’apprendre une activité leur permettant désormais de gagner leur pain. «Ce sont là des jeunes  qui sont prêts à servir, à créer des entreprises,  à tirer d’autres jeunes de la déperdition et du chômage », a expliqué M. Sangaré. Selon lui,  le projet swisscontact en partenariat avec le Danemark,  qui s’étend sur 4 ans, est en train de faire un travail extraordinaire par ces formations. La visite a été bien accueillie par la direction de l’ECICA, mais aussi par les formateurs : « c’est encourageant que les autorités s’intéressent à la façon dont la formation se passe. Il faut dire que l’initiative est bonne, elle tire les jeunes du chômage et de bien d’autres choses dangereuses. Nous sommes heureux de savoir qu’ils s’intéressent à ce que nous faisons », a  souligné Ambiré Kodio, enseignant à l’Ecole centrale pour l’Industrie, le Commerce et l’Administration.
La deuxième étape de cette visite a concerné l’Unité de transformation de la coopérative « Doké », sise à Moribabougou. Là travaillent 22 personnes dont 2 hommes, tous après avoir fait des études ont finalement trouvé leur salut dans la transformation de produits alimentaires. « On est plus à une époque où l’Etat résout tous les maux il faut aller vers l’esprit entrepreneurial, je suis sociologue de formation, mais je gagne mon pain dans la transformation de produits alimentaires », a expliqué  Amadou Ciré Touré, secrétaire général de l’Unité de transformation de la coopérative « Doké » de Moribabougou.
A graphique Industrie, dernière étape de cette visite, Adama Sangaré  après un entretien avec les bénéficiaires et le directeur central de Graphique Industrie Check Hamala Sympara,  a rappelé la nécessité de corriger les insuffisances concernant ces formations. Le maire du district a invité tous les artisans quel qu’ils soient à s’intéresser à ce projet pour que celui-ci puisse mobiliser le maximum de personnes.
Pour Coumba Touré Sène chargée d’ingénierie de formation à Swisscontact, « ces projets de formation s’inscrivent dans le cadre d’un programme financé par l’ambassade de Suisse et du Danemark respectivement à hauteur de 60 et 40% sur un budget global de 11 milliards pour l’étendue du territoire national ». Selon elle, il s’agit d’un appui au gouvernement malien à travers le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et  la mairie du District pour la coordination  l régionale du projet.
K.DIAKITE

A propos de l'auteur

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *