mercredi 22 novembre 2017

Header ad
Header ad

Grève de la santé, du développement social et de la promotion de la femme : DES SOUTIENS DE POIDS

L’Union  nationale des travailleurs du Mali (UNTM) est montée au créneau pour exprimer clairement sa position sur la gestion faite de la grève illimitée, déclenchée par le Syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la femme (SNS-AS-PF) et la Fédération des syndicats de la santé et de l’action sociale (FESYSAM). La centrale syndicale a fait cet exercice de clarification, à la faveur d’une conférence de presse tenue hier à la Bourse du travail.
Les secrétaires généraux de l’UNTM, Yacouba Katilé et de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM), Hamadoun Amion Guindo et celui du SNS-AS-PF, Pr Mamady Kané, étaient les différents conférenciers.
« Nous accordons un temps au gouvernement pour qu’une solution soit trouvée à cette situation qui cause du tort à la population, sinon l’UNTM prendra ses responsabilités » a déclaré le patron de la plus grande centrale syndicale.  Il se demande si les autorités ont une idée des conséquences dramatiques de cette cessation de travail des blouses blanches et des manques à gagner pour les établissements hospitaliers. Pour lui, il est aujourd’hui normal de se poser des interrogations légitimes sur l’attitude des autorités.
Par ailleurs,  Yacouba Katilé, a lève toute équivoque sur la légitimité de la grève.  Elle est légitime, légale et normale. Aucune législation au monde ne peut y déceler des irrégularités.
Le secrétaire général de l’UNTM estime que « les irrégularités se trouvent plutôt dans l’attitude de défi, de contre-vérités des autorités ».  Le patron de l’UNTM ne décolère pas contre les pouvoirs publics.  « Quand on a une responsabilité publique, on se défait de son égo pour se mettre au service du peuple et on se garde de propager des contre-vérités » a-t-il indiqué.
Il est également revenu sur les commentaires et rumeurs qui circulent sur l’arrêt de travail des syndicats de la santé. « Nous apprenons que cette grève illimitée est une tentative d’opposition à l’œuvre salutaire de certaines personnes qui agissent contre les vols et les détournements dans les établissements de santé », a soutenu le responsable de l’UNTM.
Le conférencier principal a avoué être particulièrement  déçu  car il croyait en l’esprit patriotique, au dialogue et aux vertus ancestrales incarnées par chacun pour traiter des problèmes dans l’honneur et la dignité. En outre, il a souligné que les populations souffrent de l’arrêt de travail dans les structures de santé.
Yacouba Katilé pointe également du doigt « l’entêtement des départements, en charge des secteurs concernés par la grève, à piétiner les travailleurs ». Ce qui, selon lui, est à l’origine d’un ras-le-bol.
Quant au  secrétaire général de la CSTM, il a expliqué que l’État doit prendre conscience de la réalité et accepter d’aller au dialogue sinon les choses vont se compliquer davantage. Hamadoun Amion Guindo est également sûr de la nécessité et l’obligation de prendre en charge les problèmes de la santé et de l’école.
A l’issue de la conférence  l’Union nationale des travailleurs a exprimé sa détermination de prendre en main cette grève illimitée, si rien n’est fait pour résoudre rapidement le problème.

Fatoumata NAPHO

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *