mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Goundam : TROIS CAS DE SYNDROME HEMORRAGIQUE CONSTATES

Suite à la détection de trois cas de syndrome hémorragique à Goundam dans la région de Tombouctou,  le directeur national de la Santé, Dr Mama Koumaré, a animé jeudi une conférence de presse. Il a expliqué que le premier cas est un sujet de 60 ans de sexe masculin et cultivateur de son état. Il a été reçu le 27 janvier au centre de santé de référence de Goundam pour saignement du nez et des gencives. Il décéda le lendemain malgré une prise en charge adéquate.
Le second cas est un berger de 60 ans. Il a été hospitalisé le 28 janvier pour saignement du nez. Après une prise en charge immédiate, son état est satisfaisant à ce jour. Le troisième cas est une femme de 50 ans. Elle a été reçue au centre de santé de référence de Goundam le 28 janvier pour saignements accompagnés de selles noires. Son état s’est amélioré après un traitement adéquat.
Dr Mama Koumaré a affirmé qu’un prélèvement de sang a été effectué chez chaque patient. Des examens pour le paludisme et la fièvre typhoïde ont été aussi faits sur eux.
Les résultats de ces examens ont montré que le premier malade souffrait du  paludisme et de typhoïde. Le deuxième malade ne présentait aucun signe de paludisme, ni de typhoïde. Enfin, le troisième patient était uniquement atteint de typhoïde.
Au niveau national, Dr Mama Koumaré a expliqué qu’une réunion a été tenue au cabinet du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique pour partager l’information et donner les orientations.
Il a tenu à préciser qu’à ce jour, les analyses effectuées par les laboratoires indiquent que les résultats sont négatifs à la fièvre de la vallée du Rift, la maladie à virus Ebola et la fièvre de Marburg. Cependant, d’autres analyses sont en cours au laboratoire du centre d’infectiologie Charles Mérieux de Bamako pour certaines spécificités.
Malgré le décès d’un patient, le directeur national de la Santé a déclaré que l’on ne pouvait pas  parler d’épidémie à ce jour. Cependant, il a invité les populations à déclarer tout cas de malade présentant les mêmes signes (fièvre et saignements) aux formations sanitaires les plus proches , à observer les mesures d’hygiène individuelle et collective comme le lavage des mains au savon, l’assainissement et la salubrité des ménages. Il leur a aussi demandé de se protéger contre les piqures de moustiques en utilisant les moustiquaires imprégnées de longue durée, à bouillir le lait avant toute consommation, à observer les mesures de protection en cas d’abattage des animaux et à bien cuire la viande avant de la consommer.

Abdoul Karim
COULIBALY

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *