samedi 20 janvier 2018

Header ad
Header ad

Goundam : ATTAQUE MEURTRIÈRE DE BANDITS ARMÉS

Dimanche est le jour de foire de Douékiré, un lieu d’échanges et de commerce situé à cheval entre Goundam et Tombouctou, où tout le monde s’y rend pour s’y ravitailler. C’est aussi le lieu de tous les coups, de règlements de compte, de braquages et d’enlèvements. L’on se souvient, il y a deux ans de cela de la tuerie du Commandant de Brigade de Goundam Moulaye Ould Touhamy, tué au cours de l’embuscade tendue contre une patrouille des FAMA qui revenait de la foire des commerçants.
Dimanche dernier vers 17 heures au moment où tous les forains s’apprêtaient à quitter la foire, qui à dos de chameaux, ou à dos d’ânes, qui en véhicules 4×4 ou en pirogues, c’est bien à ce moment précis que le véhicule du marabout de Farach, Aboubeirata, âgé d’une cinquantaine d’années et qui est considéré comme une des élites du mouvement CJA a été pris pour cible par des hommes lourdement armés à bord d’une dizaine de Pick-Up positionnée dans la broussaille. Aussitôt, sa Pick-Up chargée de grains et d’autres provisions et des passagers s’est éloignée du bord du marigot, avant d’atteindre le goudron. Elle a été prise dans une embuscade, sous des tirs nourris de kalachs et de lance-roquettes. La résistance a été brève. Son fils, un garçon de 13 ans a été sauvé par un combattant, qui a réussi à l’extraire du feu pour le mettre à l’abri dans le hameau voisin à 200 mètres du champ de combat. Le sauveteur a lui même été blessé au cours du combat. Les occupants ont été mortellement touchés. Les assaillants ont récupéré certaines armes avant de s’épanouir dans la nature.
Ils ont laissé derrière eux un véhicule en feu, des corps calcinés de passagers qui ont été récupérés et enterrés sur place, deux autres transportés et enterrés à Farach et un à Tombouctou. Les quatre blessés ont été transférés à Tombouctou. Le marabout Aboubeirata grièvement blessé, suite à la découverte de sa paire de chaussures et de traces de sang n’a été retrouvé nul part. Certains pensent qu’il a été emporté par ses agresseurs, mort ou vivant beaucoup s’interrogent de même que son frère. Lundi dernier, le lieu a été bouclé par les Suédois venus de Tombouctou et la MINUSMA en vue de récupérer les caisses de munitions éparpillées, çà et là, et voir éventuellement s’il n’y a pas de mines enfouies, ces engins explosifs très nuisibles et mortels pouvant nuire à la sécurité des populations.

Almahadi TOURÉ
AMAP-Goundam

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *