vendredi 20 octobre 2017

Header ad
Header ad

Forum économique Mali – Tunisie : CONTACTS DIRECTS ENTRE LES HOMMES D’AFFAIRES

La rencontre était coprésidée par le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed et son homologue malien, Modibo Keïta

Grâce à des rencontres B to B, Maliens et Tunisiens pouvaient faire des échanges sur les potentiels, les opportunités, les besoins et la nature de leur collaboration future

La Tunisie, à l’instar des autres pays de l’Afrique du nord, déroule sa diplomatie économique en Afrique au sud du Sahara. C’est dans cet esprit de coopération « gagnant – gagnant » que le Centre de promotion des exportations tunisiennes et la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM) ont organisé le Forum économique Mali – Tunisie, hier à l’hôtel Azalaï Laïco Amitié. L’ouverture de ce salon d’un jour était coprésidée par le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed et le Premier ministre Modibo Keïta. Sous le thème « partenariat gagnant – gagnant », ce forum s’inscrivait dans le cadre de la visite de 48 heures que le chef du gouvernement tunisien effectuait dans notre pays, à la tête d’une forte délégation composée de plus de 100 hommes d’affaires, dont des représentants des grands groupes tunisiens opérant dans divers secteurs d’activités. Le but étant de sceller des partenariats « gagnant – gagnant » allant dans le sens du développement économique de nos deux pays. Au cours de ce forum, ont eu lieu des rencontres B to B entre les opérateurs économiques de nos deux pays. Organisées sous forme de face-à-face, ces rencontres consistent à un échange direct entre deux opérateurs sur les potentiels, les opportunités, les besoins et la nature de leur collaboration future. Outre les B to B, les deux parties ont présenté des opportunités d’investissements qui existent au Mali et en Tunisie ainsi que les secteurs d’activités prioritaires et porteurs. A l’entame de cette rencontre, le vice-président de la CCIM, Mamadou Baba Sylla a souhaité la bienvenue aux visiteurs. Il a affirmé que le partenariat entre le Mali et la Tunisie a le potentiel de devenir un bel exemple de coopération sud-sud. « De multiples opportunités s’offrent à nos deux pays, tels le tourisme, l’agriculture, le développement des infrastructures, la santé, l’éducation, la création des petites et moyennes entreprises, la communication, la défense, la sécurité et la formation professionnelle », a relaté M. Sylla qui n’a pas manqué de rassurer ses hôtes tunisiens : « Le climat des affaires au Mali est très favorable aux investissements directs étrangers qui ne cessent, d’ailleurs, de croître au fil des ans ». Comme pour confirmer les propos du vice-président de la CCIM, le ministre en charge du développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim a « vendu » les opportunités d’investissements, les secteurs porteurs et prioritaires au Mali. Selon lui, le Mali dispose des meilleures matières premières : coton, produits agricoles, cheptel, ressources minières, énergétiques… Notre pays développe aussi la version la plus avancée du Partenariat public-privé (PPP) qui est, selon lui, une garantie et un tremplin pour les investissements locaux et étrangers. Mais l’ambition du Mali est, selon lui, la transformation industrielle de ses productions locales. Intervenant à son tour, le ministre tunisien du Développement, de l’Industrie et de la Coopération internationale, Fadel Abdelkefi a affirmé : « Nous sommes là pour produire avec vous, vendre avec vous et exporter dans la sous-région ». Le rôle de l’Etat doit changer, à son avis. Car, son désengagement en faveur du secteur privé est plus profitable que les établissements publics et parapublics, a-t-il argumenté. Le chef du gouvernement tunisien a appelé nos hommes d’affaires à développer des projets concrets pour le développement économique de nos deux pays. « Nos deux pays sont appelés à œuvrer ensemble pour le renforcement de la coopération », a insisté Youssef Chahed. Et, le secteur privé doit jouer un rôle important pour ce faire en vue d’insuffler un nouvel élan à la coopération, dans le but d’explorer de nouveaux modes de coopération dont le partenariat public-privé. Le Premier ministre, Modibo Keita, a pris la parole pour faire un bref rappel sur les relations historiques entre nos deux pays. A ce propos, il a rappelé que la Tunisie fait partie des pays qui ont soutenu la candidature du Mali pour son adhésion aux Nations unies en 1960. La Tunisie a aussi inspiré le Mali dans des domaines comme la sécurité sociale, l’aménagement du territoire. « Savez-vous que l’idée de la création de la Banque malienne de solidarité (BMS) est venue de la Tunisie ? », a interrogé M. Keïta. Evoquant les possibilités de développer davantage les relations économiques entre les deux pays, le Premier ministre a expliqué que c’est conscient du rôle que joue le secteur privé dans le développement économique et social que le gouvernement a fait adopter une loi sur le Partenariat public-privé. « Cet outil est un instrument pratique qui sera mis à la disposition des hommes d’affaires tunisiens et maliens », a assuré le chef du gouvernement qui a invité les opérateurs économiques de nos deux pays à coopérer pour que « le socle politique » puisse être renforcé, par la création d’une nouvelle page qui vient booster l’activité de création de richesses. En marge de ce forum, la Chambre de commerce et d’industrie du Mali a signé des conventions avec la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Tunis et avec l’UTICA. Le protocole signé avec la CCI de Tunis se rapporte à la plateforme électronique « Tunisia Trading ». Cet espace numérique de promotion économique et commerciale sera gracieusement mis à la disposition de la CCIM. La Banque nationale de développement agricole (BNDA) a signé un mémorandum d’entente pour un partage en conseil et formation avec « BIT Consulting », un cabinet spécialisé en prestation de services, de conseils et formations dans le secteur bancaire et financier. « BIT Consulting » est une filiale du groupe Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT).

Cheick M. TRAORE

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *