mardi 12 décembre 2017

Header ad
Header ad

Filière pêche : LES VENDEURS DE POISSON FORMES AUX BONNES PRATIQUES D’HYGIèNE

Des vendeurs de poisson des marchés de Médina-Coura et de la BCEAO ont suivi, hier, une formation sur les bonnes pratiques d’hygiène. L’initiative est de l’Agence de gestion du marché central à poissons de Bamako (AGMCPB), dont les locaux ont abrité cet atelier de formation. L’ouverture des travaux était présidée par Youssouf Sanogo, Secrétaire général du ministère de l’Elevage et de la Pêche, en présence de Mme Diawara Aïssata Hamata Touré, présidente directrice générale de l’AGMCPB.
Selon la direction nationale de la Pêche et de l’Elevage, le Mali a produit 105.000 tonnes de poissons en 2015 et importé de l’extérieur 110.000 tonnes de poissons de mer. Ces chiffres en disent long sur la consommation du poisson dans notre pays.
Malheureusement, la qualité des produits offerts aux consommateurs laisse parfois à désirer. On peut s’en rendre facilement compte en visitant certains étals de nos grands marchés, où les conditions d’hygiène, de conservation du poisson tout comme sa manipulation témoignent très souvent des risques de santé pour le consommateur.
C’est conscient de ces risques et pour prendre à bras le corps le problème de qualité que la direction du Marché central à poissons de Bamako, sise dans la zone aéroportuaire sur la route nationale 7, a entrepris une série de formations à l’intention des grossistes de poissons. Cette première phase a concerné les vendeurs de poissons des marchés de Médina Coura, de la BCEAO et autres. Ils ont été formés par des experts japonais.
Au cours de cette formation, l’accent a été mis sur l’hygiène des équipements, les précautions à prendre pour éviter les contaminations. « L’atelier rentre dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs », a expliqué Mme Diawara Aïssata Hamata Touré, PDG de l’AGMCPB. Elle a aussi indiqué que l’Agence internationale de coopération japonaise (JICA) a envoyé auprès du Marché central, un expert en industrie du poisson, en la personne de Takafumi Toshihara, pour l’appuyer et former de jeunes cadres dans le domaine du contrôle de qualité des produits halieutiques. Par ailleurs, elle a rappelé que le Marché central à poissons de Bamako est le fruit de la coopération Mali-Japon et qu’il a été réalisé en 2011 pour être la vitrine de la commercialisation du poisson au Mali et du savoir-faire malien en matière de produits halieutiques. Actuellement, Mme Diawara Aïssata Hamata Touré tente d’impulser une nouvelle dynamique à ce marché. Ainsi, les grossistes des marchés de Médina Coura et de la BCEAO doivent déménager dans les jours à venir au marché central. De nouvelles infrastructures doivent voir le jour tel qu’un espace aménagé spécialement pour les détaillants qui accompagnent les grossistes. Aussi, des kiosques témoins, 32 au total, doivent être installés au cours de l’année 2017 dans les principaux marchés du District de Bamako et de Kati. Pour sa part, le Secrétaire général du ministère de l’Elevage et de la Pêche, Youssouf Sanogo, a indiqué que l’AGMCPB est un établissement public avec une autonomie de gestion et des objectifs de rentabilité économique. « Le Japon a assuré la construction des infrastructures et la fourniture des équipements de ce marché », a-t-il précisé, tout en exprimant la gratitude des autorités à la partie japonaise pour son accompagnement au développement du sous-secteur de la pêche. Youssouf Sanogo a souhaité que les techniques apprises par les vendeurs de poisson soient appliquées, « car, elles permettent d’assurer une meilleure qualité du poisson sur l’ensemble de la filière ».
Issa Dembélé

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *