jeudi 17 août 2017

Header ad
Header ad

Coopération Mali-Algérie : UN INTERET POUSSE POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Le ministre Baby et son homologue algérien
ont co-présidé les travaux

Le ministre algérien de la en charge de la formation professionnelle, Mebarki Mohamed a séjourné la semaine dernière dans notre pays dans la cadre de la deuxième session du Comité technique mixte de coopération Mali-Algérie dans le domaine de la formation professionnelle. Vendredi, il a co-présidé avec son homologue malien Mahamane Baby, à l’hôtel Radisson Blu, la cérémonie d’ouverture des travaux. Les deux ministres ont, tous les deux, salué, dans leur allocution respective, l’excellence et l’exemplarité des relations entre le Mali et l’Algérie, deux pays « unis par l’histoire et la géographie ». Aussi, se sont-ils engagés à raffermir davantage ces relations, notamment dans le domaine riche et varié de la formation professionnelle en mettant un accent particulier sur la reconversion/adaptation dans les métiers et secteurs porteurs pour les économies nationales des deux pays. Il est important de développer dans ce cadre la coopération Sud-Sud dans la mesure où « les deux pays partagent les mêmes préoccupations relatives aux questions de chômage, d’insertion des jeunes, de qualification et d’inadéquation entre la formation et l’emploi », ont-ils justifié en substance. C’est ce qui explique d’ailleurs la visite des deux ministres, dans l’après-midi, à l’Assemblée permanente des Chambres de métiers du Mali (APCM) et sur les chantiers de BTP de Tabacoro. Les échanges ont porté sur le partage d’expériences dans ces deux secteurs, mais aussi, sur les voies et moyens devant permettre, à l’avenir, de faire face aux difficultés et de relever les défis liés à la formation professionnelle, en particulier au Mali. Auparavant, dans la matinée, les ministres Baby et Mebarki avaient tenu à assister personnellement à quatre présentations des experts maliens, ayant porté successivement sur le secteur de la formation professionnelle, l’Institut national d’ingénierie de formation professionnelle (INIFORP), le Fonds d’appui à la Formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) et le Centre de formation professionnelle de Missabougou. Ces présentations ont permis à la délégation algérienne de s’imprégner des réalités de notre pays en matière de formation professionnelle, dans tous ses aspects institutionnels et administratifs, pédagogiques et techniques, avec des similitudes et des différences, permettant de s’inscrire dans une dynamique partenariale où l’assistance technique et la mutualisation des compétences occupent une place de choix.

Source : CCOM/MEFP

 

L’ETAPE DE LA PRIMATURE

Avant de quitter notre pays, le ministre algérien a été reçu en audience par le Premier ministre Modibo Keita. Les deux personnalités ont eu l’occasion de parler de l’état de la coopération bilatérale. Ils ont précisément parlé d’échanges culturels, scientifiques et politiques dans le cadre d’une coopération fructueuse entre les deux pays amis et frères. Les deux personnalités ont évoqué la coopération en terme de formation d’enseignements professionnel. Les axes de coopération que les deux parties ont retenu ont été soumis  au Premier ministre, notamment l’octroi par l’Algérie de bourses d’études à de jeunes Maliens dans les différentes spécialités, dans les centres et instituts nationaux algériens. L’échange dans le cadre de tout ce qui est ingénierie, formations des formateurs et échange de programme et le jumelage entre les établissements algériens et les établissements de formation professionnel au Mali ont été également évoqués ; en particulier entre établissements frontaliers. Ici, un effort est en train de se mettre en place pour la formation des formateurs et pour les échanges qu’il faut développer entre les établissements frontaliers algériens et ceux du nord du Mali.

S. DOUMBIA

A propos de l'auteur

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *