mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Conférence régionale sur les bourgoutières à Mopti : LA CAMPAGNE 2017-2018 ÉNONCE LES DATES DE TRAVERSÉE

La salle de conférence du gouvernorat de Mopti a abrité les 26 et 27 octobre dernier la traditionnelle conférence régionale sur les bourgoutières au titre de la campagne 2017-2018. Présidé par le gouverneur de la Région, le général Sidi Alassane Touré, cet important forum qui se tient chaque année et qui mobilise l’ensemble des acteurs et les partenaires a pour objectif de débattre en amont de toute la problématique de la transhumance, la gestion des bourgoutières et des manifestations culturelles liées en vue de minimiser les conflits autour du mouvement des animaux et réussir une transhumance apaisée.
Comme par le passé l’évènement a enregistré la participation des autorités administratives, les élus, les agro-éleveurs, les autorités traditionnelles et les partenaires au développement de la région de Mopti. Parmi les responsables participants, on pouvait noter la présence d’une forte délégation nationale conduite par le directeur national des Productions et industries animales (DNPIA), Amadou Dembélé représentant le ministre de l’Elevage et de la Pêche, du coordinateur PSEL- Delta Helvetas Swiss Inter coopération au Mali, Abdramane Koné.
Ont aussi pris part aux travaux, des délégations des Cercles de San, Niono, Macina et Tominian (Région de Ségou). Il faut rappeler que l’élevage se place au premier rang du développement économique régional de Mopti et fait d’elle la première région d’élevage par excellence du pays. Elle abrite plus de 19% de l’effectif de bovins et 28% de l’effectif des ovin et caprin du Mali. La Région malgré les effets néfastes du changement climatique, est aussi caractérisée par sa grande diversité agro-écologique, le Meema couvrant environ 8.900 km2, le delta central du Niger (DIN) avec 30.000 km2, la zone lacustre avec 9.900 km2, le Gourma 9.300 km2, le plateau Dogon avec 11.300 km2, le Séno avec 16.900 km2 et le Sourou avec 8.000 km2. La zone inondée qui couvre les cercles de Djenné, Mopti, Tenenkou et Youwarou regorge d’importants pâturages pouvant supporter plus de 700.000 Unité Bétail Tropical (UBT) pendant la saison sèche. En effet, pendant la décrue, des milliers de troupeaux ayant migré pendant l’hivernage en zone exondée Bankass, Bandiagara, Douentza, Koro et ceux des pays voisins, le Burkina-Faso, le Niger et la Mauritanie y séjournent à la recherche du bourgou. L’accès à ces pâturages mouvemente la vie socio-économique et culturelle des populations du Delta central du Niger et ses environs. Au-delà des aspects festifs, naissent des conflits communautaires. Pour prévenir ces conflits, la conférence est le cadre idéal d’échanges et de rappel des codifications existantes en matière de transhumance en harmonie avec le calendrier des autres exploitants des mêmes ressources naturelles. Pour les autorités régionales porteuses de l’évènement, cette conférence constitue un enjeu pour le delta en tant que milieu physique naturel vivant dont dépend la vie des milliers de créatures (faune, flore et faune aquatique) terrestres où des milliers de personnes tirent leurs subsistances. Le Général Sidi Alassane Touré chef de l’exécutif régional a dans son discours d’ouverture invité l’ensemble des acteurs à des décisions consensuelles pour réussir une transhumance apaisée dans le respect de l’ordre des préséances. Pendant les deux jours, les participants ont analysé l’état d’exécution des recommandations de la précédente conférence et discuté de la problématique de la gestion des bourgoutières. Dans les travaux de groupes, ils ont identifié les contraintes et les actions envisageables pour une transhumance apaisée. Ils ont aussi abordé les contentieux liés à la gestion des bourgoutières à travers une présentation du Substitut du procureur de la république près le tribunal de grande instance de Mopti, Mohamed Saïdou Sene. Selon celui-ci, il est nécessaire d’introduire dans le code domanial et foncier, en plus du régime de l’immatriculation, celui de la prescription acquisitive en milieu rural par les particuliers ayant acquis des droits sur la terre depuis 20 ans et les ayants effectivement exercé de façon continue et paisible. Dans la perspective d’une révision du code domanial et foncier, il est impérieux de prendre en compte la spécificité du pastoralisme qui est mis en écran par la loi agricole. A l’issue des échanges, le forum a fixé le calendrier des 29 points de traversée que compte la Région. La traversée de Diafarabé dans le cercle de Ténenkou qui marque le début de la rentrée des animaux dans les bourgoutières aura lieu le 4 novembre prochain. Le cercle de Mopti commencera ses traversées par celles de Kabio le 9 novembre et celles de Djenné démarreront par Sofara-Kaka le 11 novembre.
Celles-ci seront suivies de plusieurs autres traversées dans d’autres localités, comme par exemple à Dia-Bozo (6 novembre 2017), Koubi (8 novembre) et Nyasso (17 novembre) dans le cercle de Ténenkou. Dans le cercle de Djenné, Forori-Femaye est prévu le 18 novembre, Yongari (4 décembre), Pondori (29 février). Mopti démarre par celle de Kabio (9  Novembre) et Dialloubé, communément appelé «Dégal Dialloubé » inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO qui boucle le cycle des traversées de la campagne 2017-2018  est programmée pour le 24 Mars 2018.

Dramane
COULIBALY
AMAP – Mopti

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *