samedi 20 janvier 2018

Header ad
Header ad

Communication gouvernementale : LE CIGMA VEUT FAIRE BOUGER LES LIGNES

La rencontre était présidée par le secrétaire général du ministère en charge de la Communication

Les spécialistes sont réunis depuis mardi à Sélingué pour insuffler une nouvelle dynamique en vue d’une meilleure cohérence dans les discours des pouvoirs publics et rendre plus visibles leurs actions

Insuffler une nouvelle dynamique à la communication gouvernementale pour pallier les insuffisances actuelles, c’est la mission que s’est assignée le Centre d’information gouvernementale du Mali (CIGMA) afin de donner plus de visibilité à l’action gouvernementale.
Pour atteindre cet objectif crucial, les praticiens de la communication gouvernementale sont réunis depuis mardi à Sélingué pour faire une planification stratégique sur le Programme de travail annuel opérationnel de la communication du gouvernement pour 2018.
Cette importante rencontre réunit autour du secrétaire général du ministère de l’Economie numérique et de la Communication, Cheick Omar Maiga et du directeur du CIGMA, Sambi Touré, les chargés de communication des départements ministériels, les responsables de la communication des institutions de la République (présidence, Primature etc.) et les responsables des médias d’Etat (ORTM, AMAP, ANCD).
Il s’agit pour les acteurs de la communication gouvernementale de se pencher sur la question fondamentale de la visibilité de l’action gouvernementale pour éviter la cacophonie dans les interventions sur les activités du gouvernement et trouver la meilleure formule à mettre en place pour une communication efficace et efficiente sur les actions quotidiennes du gouvernement mais aussi et surtout de mettre une «cohérence dans les discours pour mieux interpréter aux populations, les actions du gouvernement».
La cérémonie d’ouverture de la rencontre a été présidée par le secrétaire général du ministère l’Economie numérique et de la communication, Dr. Cheick Omar Maïga en présence du sous-préfet de l’arrondissement de Kangaré, Allaye Cissé et du maire de la commune rurale de Baya, Maguette Ndiaye.
Après les mots de bienvenue du maire, le secrétaire général du ministère de l’Economie numérique et de la Communication a tenu à rappeler toute l’importante de cette rencontre qui vise à définir une planification stratégique sur le programme de travail annuel de communication gouvernementale pour 2018.
Il révèlera à cet effet, les actions entreprises par le gouvernement pour relever les défis fondamentaux du pays qui sont entre autres, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, la consolidation de la démocratie, le renforcement du dialogue et de la cohésion sociale, la réalisation d’infrastructures indispensables au développement économique et social et à l’épanouissement de nos populations.
Rappelant les défis de 2018 pour le gouvernement, Dr. Cheick Omar Maïga a insisté sur l’organisation des élections générales et les grandes réformes institutionnelles en cours qui doivent permettre de renouveler les mandats des conseillers de cercles, des régions et du district de Bamako, des députés et du président de la République. «L’organisation de ces scrutins constitue un challenge majeur pour le gouvernement et ses partenaires en raison de la situation actuelle de notre pays. C’est donc en prévision de ces échéances pour lesquelles la communication doit jouer un rôle prépondérant et des multiples défis de la communication gouvernementale que le département de la communication et le CIGMA ont décidé d’organiser le présent atelier», a-t-il indiqué, ajoutant qu’il s’agira pour les professionnels de la communication, d’élaborer un programme de travail annuel qui mettra l’accent sur la mise au point des mécanismes appropriés avec les bureaux et cellules de communication de la présidence, de la Primature et des autres départements ministériels pour améliorer leur visibilité et renforcer la lisibilité de leurs actions auprès des usagers et du grand public à travers la prise en charge des dossiers majeurs, stratégiques ou transversaux nécessitant une coordination et sur lesquels le gouvernement a arrêté une position.
Cette rencontre, dira-t-il, devra aboutir à des résolutions pertinentes pour insuffler une dynamique nouvelle à la communication gouvernementale, comme cela a été instruit par le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga. «Bien entendu que cette nouvelle dynamique de communication gouvernementale placée sous la coordination générale du CIGMA, devra permettre une meilleure coordination et une plus grande hiérarchisation des activités de communication en fonction des axes majeurs du programme de travail gouvernemental», a insisté Cheick Oumar Maïga.
A sa suite, le directeur du CIGMA, Sambi Touré rappellera que sa structure a été créée auprès du Premier ministre par décret n° 2015-0708/PM-RM du 6 novembre 2015. Le SIGMA, dira-t-il, est chargé de la coordination de la communication gouvernementale et sa mise en place répond au souci constant des autorités du pays de communiquer sur les actions du gouvernement, en direction du citoyen lambda et des partenaires du pays.
Aussi, le CIGMA vise-t-il à assurer la gestion et le suivi de l’action gouvernementale, à assurer l’information du public sur les activités du gouvernement par la mise à la disposition des médias publics, privés et internationaux, des réseaux sociaux et de tout autre moyen de communication, des informations relatives à la visibilité de l’action gouvernementale.
Dans ses tâches, le CIGMA doit également veiller, dans un but d’anticipation, à l’information du gouvernement par l’analyse de l’évolution de l’opinion publique et du contenu des différents supports d’information et de communication sur l’action gouvernementale.
«Le CIGMA doit aussi, et surtout, servir de conseil pour le ministre porte-parole du gouvernement. En outre, le centre doit élaborer le manuel des opérations de la communication et de l’information gouvernementale et veiller à son application. Il se doit également de contribuer, par ses ressources documentaires, à la mise à la disposition des départements ministériels, des outils sectoriels, notamment, en matière d’études d’opinion, de campagne de communication d’intérêt national, de sites internet, de revues et d’analyse de presse et de publications.
L’une des principales missions du CIGMA est de contribuer surtout au rayonnement et à la promotion de l’image du Mali en vue d’une meilleure connaissance de ses potentialités», a-t-il indiqué.
La rencontre qui durera 4 jours permettra aux acteurs de la communication gouvernementale de mieux appréhender la notion de communication gouvernementale et de lui donner une nouvelle impulsion pour plus de visibilité et de lisibilité.
La stratégie de communication du gouvernement doit être bâtie sur un certain nombre d’axes : placer le citoyen au cœur de la communication publique ; assurer la cohérence externe et interne de cette communication et développer sa professionnalisation par la mise en réseau de ses acteurs.

Doussou DJIRé

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *