mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Collecte des données biométriques des nouveaux majeurs : LE COUP D’ENVOI EST DONNÉ

L’opération d’enregistrement de ces jeunes a débuté par le cercle de Kangaba

Le ministre de l’Administration territoriale, Tiéman Hubert Coulibaly, a procédé, mercredi dernier, au lancement officiel de la collecte des données biométriques des nouveaux majeurs à Kangaba.
L’opération qui concerne l’ensemble du territoire national et les missions diplomatiques et consulaires du Mali à l’extérieur, continuera jusqu’au 30 novembre prochain. La cérémonie de lancement qui s’est déroulée près de la case sacrée de Kangaba (appelée Kamablon), a réuni du beau monde.
L’objectif de cette opération est de collecter les données biométriques (photo, empreintes digitales) des jeunes de 18 à 22 ans afin qu’ils puissent avoir leur carte NINA pour pouvoir voter.
Le maire de Minidian, N’Zié Sinayogo, a remercié le gouvernement pour le choix porté sur Kangaba pour le lancement de cette opération.
Il a appelé les jeunes à venir massivement se faire enregistrer. Dans son allocution, le ministre de l’Administration territoriale a rappelé que le gouvernement, dans le cadre de la modernisation de son système d’état civil, a mis en œuvre depuis 2009, le Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC).
L’objectif global de ce recensement, a précisé Tiéman Hubert Coulibaly, visait la création d’une base de données comportant l’ensemble des populations maliennes de l’intérieur comme de l’étranger, avec attribution à chaque personne recensée d’un identifiant unique (NINA).
Il a noté que la bonne conduite de cette vaste opération a été possible grâce aux efforts déployés par le gouvernement avec l’accompagnement de plusieurs partenaires financiers, à qui les autorités expriment toute leur reconnaissance. Le ministre Coulibaly a aussi rappelé que dans le cadre de la tenue des élections présidentielle et législatives de 2013, le gouvernement, en accord avec les acteurs politiques, a décidé d’élaborer un fichier électoral biométrique à partir de la base des données de l’état civil.
«L’initiative des listes électorales biométriques en 2013 a permis l’organisation d’élections transparentes, crédibles, inclusives et apaisées. Ainsi, une grande confiance s’est instaurée entre tous les acteurs impliqués dans le processus électoral qu’il convient à tout prix de consolider pour l’approfondissement de notre démocratie», a-t-il insisté.
Le ministre de l’Administration territoriale a indiqué que c’est dans cet ordre d’idées, après un examen minutieux du fichier électoral de 2016, qu’ il est apparu une insuffisance dans la représentation des jeunes, surtout de la tranche d’âge de 18 à 22 ans. Il a fait savoir qu’il s’agit en fait des jeunes qui ont été enrôlés pendant le RAVEC en 2009, sans leurs données biométriques parce qu’ils n’avaient pas encore atteint les 15 ans révolus. Cette situation, a expliqué Tiéman Hubert Coulibaly, a connu une relative amélioration avec l’organisation de la phase d’achèvement du RAVEC en décembre 2014 et le démarrage de la pérennisation des acquis à partir du 1er novembre 2015.
Par ailleurs, le ministre Coulibaly a relevé que dans le fichier électoral de 2017, les électeurs de la tranche d’âge indiquée ont représenté plus de 60% des nouveaux électeurs de l’année en cours.
Il a, ensuite, assuré que comme en 2013, le gouvernement a la forte ambition d’organiser en 2018 des élections présidentielle et législatives sur la base d’un fichier électoral fiable et consensuel. Pour le ministre, la condition sine qua non pour qu’un nouveau majeur figure sur le fichier électoral biométrique est de compléter son enrôlement par la collecte de ses données biométriques : empreintes digitales et photo d’identité.
«Du 1er au 30 novembre 2017, des équipes mobiles d’agents de collecte des données biométriques seront déployées sur l’ensemble du territoire national. Elles seront exclusivement chargées de compléter l’enrôlement des jeunes figurant déjà dans la base de données de l’état civil par la collecte de leurs empreintes et photographie faciale. La même opération sera menée au niveau de toutes les missions diplomatiques et consulaires du Mali à l’extérieur.
Elles se fixent principalement comme but de collecter les données biométriques des nouveaux majeurs, corriger les lieux de naissance des personnes et enfin de faire figurer le maximum de nouveaux majeurs sur les listes électorales afin qu’ils puissent disposer de leur carte NINA», a détaillé Tiéman Hubert Coulibaly. Il a, enfin, exprimé sa gratitude aux autorités de la région de Koulikoro et aux populations du village de Kangaba pour leur mobilisation.
La cérémonie a été marquée par l’enrôlement de Mariama Haïdara, une jeune fille âgée de 18 ans. Le public a aussi eu droit à une prestation musicale des griots de Kangaba et d’un sketch de sensibilisation sur l’importance de la carte NINA.

 

Mamadou SY

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *