jeudi 14 décembre 2017

Header ad
Header ad

Clinique périnatale : UN PLATEAU TECHNIQUE HAUT DE GAMME

L’établissement sanitaire est équipé d’un scanner de 16 barrettes
et d’ appareils modernes de radiologie

L’établissement a une capacité annuelle de 5000 naissances dont 2000 par césarienne, 1.400 admissions en réanimation, 25.000
consultations et 24.000 actes d’imagerie médicale

La clinique périnatale qui se dédiera entièrement à la prise des grossesses à risques et des enfants pendant les premiers jours de la vie, a été financée par la Fondation Mohamed VI. Elle a officiellement ouvert ses portes hier à Sébénicoro. La cérémonie d’inauguration, présidée par le Premier ministre Modibo Keita, s’est déroulée en présence du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Mme Togo Marie Madeleine Togo et de son collègue de l’Emploi et de la Formation professionnelle Mahamane Baby.
Parmi les personnalités présentes, figuraient aussi le président de la Fondation Mohamed VI, Moustapha Terrab, le directeur du secrétariat particulier de sa majesté Mounir El Majidi, le médecin personnel du souverain chérifien Pr Maouni et l’ambassadeur du Maroc dans notre pays, Hassan Naciri et nombre d’invités de marque.Le nouvel établissement sanitaire est un complexe ultramoderne bâti sur un terrain de 5 hectares et dans un style architectural séduisant. Il comporte une unité technique d’accouchement, notamment quatre boxes d’accouchement, un service d’imagerie médicale, de réanimation, un service de néonatalogie, un autre de soins intensifs. Il y a aussi un service de consultations externes et des salles d’hospitalisation et des équipements de pointe. A titre d’exemple, un scanner de 16 barrettes et des appareils modernes de radiologie y sont bien installés. Visiblement il y a du très haut de gamme.
L’établissement a une capacité annuelle de 5000 naissances dont 2000 par césarienne, 1.400 admissions en réanimation, 25.000 consultations et 24.000 actes d’imagerie médicale. Il projette aussi de réaliser 110.000 examens de laboratoire. En termes de capacité de diagnostic, la clinique périnatale boxera vraiment dans la catégorie des poids lourds.

Fleuron  de la coopération. Elle entend véritablement contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale dans notre pays. L’établissement qui devrait mobiliser initialement 6,3 milliards de Fcfa (génie civil et équipements compris) aurait coûté un peu plus. Il apportera un plus dans la prise en charge des grossesses à risque, c’est-à-dire qui pourraient se dérouler sur fond d’hypertension, de pathologies cardiaques, de diabète et autres.
Il est donc légitime pour nos compatriotes de caresser avec cette structure sanitaire, une nouvelle espérance dans la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale qui intègre les priorités gouvernementales.
La construction de cette clinique périnatale traduit la détermination du royaume chérifien d’accompagner les efforts de notre pays dans la réduction des décès de la mère et de l’enfant et de la charge de morbidité chez ces couches vulnérables. Il sera doté d’un personnel mixte (médecins maliens et praticiens marocains).
Le Premier ministre a rappelé que cette clinique périnatale est le fleuron  de la coopération entre notre pays et le royaume chérifien. Il s’est dit impressionné par la qualité des équipements et le caractère moderne de l’infrastructure.
«  Les docteurs et infirmiers nous ont indiqués avec beaucoup de conviction que certains équipements vont fonctionner pour la première fois et ceci est à mettre à l’actif de la coopération », a relevé Modibo Keita. Il a aussi souhaité que cette infrastructure produise les meilleurs effets.
Le chef du gouvernement s’est également réjoui de la qualité exceptionnelle de la coopération entre nos deux pays avant de rendre hommage au souverain marocain, sa majesté Mohamed VI.
Le Pr Charif Chefchaouini du centre hospitalier universitaire (CHU) de Rabat a été dépêché à Bamako pour apporter un coup de main à la mise en marche de l’établissement de soins. Cet établissement accompagnera les efforts du gouvernement pour la réduction du taux de mortalité maternelle et néonatale qui reste encore élevé au Mali, selon lui. « Nous prendrons en charge les grossesses à risques qui nous serons référées par les autres établissements. Parce que ces types de grossesses compliquées nécessitent une organisation en place et des équipements de haute technologie », a indiqué le praticien marocain.
Il convient de préciser que la structure sanitaire a été certes officiellement inaugurée mais elle ne sera fonctionnelle que dans deux ou trois mois. Les modalités de son fonctionnement seront définies et d’autres détails vont être réglés dans une concertation entre les deux parties.

B. DOUMBIA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *