mardi 23 mai 2017

CAN U17, Niger-Mali 1-2 : LES AIGLONNETS SE REMETTENT SUR LES RAILS

Après le match nul 0-0 de la première journée contre la Tanzanie, la sélection nationale cadette se devait de gagner, hier, face au Niger, pour espérer prendre la tête du groupe A. Mission accomplie pour les champions d’Afrique en titre qui se sont remis sur les rails, en dominant 2-1 les Menas cadets. Hadji Dramé a tracé la voie du succès du Mali en débloquant le tableau d’affichage après seulement huit minutes de jeu. Servi dans le dos de la défense nigérienne par le capitaine Mohamed Camara, l’attaquant des Aiglonnets trompe le gardien adverse d’un tir de l’intérieur du pied droit (7è min, 1-0). Lors de la première journée, Hadji Dramé n’avait pas débuté la rencontre contre la Tanzanie et son absence a beaucoup pesé sur les Aiglonnets. Mis en confiance par ce but matinal, les cadets maliens se feront, néanmoins, piéger peu après le quart d’heure initiale, mais le but des Menas cadets sera logiquement refusé pour une position de hors-jeu indiscutable. Avec leur football physique et agressif, les Nigériens ne se laissent guère impressionner par la sélection malienne plus technique et qui pouvait s’appuyer sur ses individualités. Ainsi, peu après la demi-heure, Habibou Sofiane remet les pendules à l’heure pour son pays, avec ce coup franc, pleine lucarne (36è min, 1-1). Galvanisés par cette égalisation, les Nigériens se lancent à corps perdu dans la bataille et laissent des espaces aux champions d’Afrique en titre. Résultat : dans la toute dernière minute de la première période, Mohamed Camara profite d’un contre éclair pour redonner l’avantage au Mali. Suite à une passe millimétrée de Djémoussa Traoré, le capitaine malien anticipe la sortie du gardien adverse pour marquer (45è min, 2-1 pour le Mali). Ce sera le score à la mi-temps. A la reprise, le même Mohamed Camara obtient la balle du K.O, mais ne parvient pas à cadrer, alors que tout le stade de l’Amitié de Libreville voyait le ballon au fond des filets (47è min). Dans la foulée, le meneur Abdoul Salam offre un caviar à Sémé Camara qui reprend au dessus de la transversale (53è min). La défense nigérienne est brouillonne et subi les assauts répétés des Aiglonnets, mais le tableau d’affichage reste inchangé. Dans le dernier quart d’heure, Hadji Dramé et Abdoul Salam cèdent leur place à Mamadou Traoré et Sibiri Keïta. Ces changements permettent au Mali d’accentuer sa domination dans le jeu et de gérer le reste de la rencontre. Score final : 2-1 pour les Aiglonnets qui se rachètent ainsi de leur contre-performance de la journée inaugurale et qui prennent la tête du groupe A, avec 4 points, à égalité parfaite avec la Tanzanie, vainqueur de l’Angola sur le même score. «Je félicite les jeunes, ils ont bien joué. Après le match nul de la première journée contre la Tanzanie, on avait l’obligation de gagner contre le Niger. Les jeunes ont respecté les consignes et méritent cette victoire. Il nous reste encore un match à jouer contre l’Angola. Nous allons tout faire pour décrocher notre ticket pour les demi-finales», dira, en conférence de presse, le sélectionneur national, Jonas Komla. A l’issue de cette deuxième journée, aucun pays n’est qualifié et aucune équipe n’est éliminée. Toutes les quatre nations peuvent prétendre à la qualification, mais le Mali et la Tanzanie sont en ballottage favorable puisqu’un nul suffira aux Aiglonnets et aux Serengeti stars (surnom de la sélection cadette de la Tanzanie, ndlr) pour valider leur ticket pour les demi-finales. Lors de l’ultime journée de la phase de poules prévue dimanche, le Mali s’expliquera avec l’Angola, alors que le Niger se frottera à la Tanzanie. Les deux premiers de la poule se qualifieront pour le dernier carré et participeront à la prochaine Coupe du monde de la catégorie, tout comme les deux vainqueurs de l’autre groupe. Il faut plutôt dire le deuxième qualifié de cette poule, puisque le Ghana (6 points) a déjà validé son ticket.

Envoyés spéciaux
Seïbou S. KAMISSOKO
Morimakan COULIBALY Jeudi 18 mai au stade de l’Amitié de Libreville . Niger-Mali : 1-2 But de Hadji Dramé (6è min) et Mohamed Camara (45è min) pour le Mali; Habibou Sofiane (36è min) pour le Niger.

Arbitrage du Congolais Jean-Jacques Ngambo, assisté du Mozambicain Arsénio C. Mrengula et de l’Egyptien, Mahmoud A. E. Regal.

Niger : Khaled Lawali Ibrahim, Yacine W. Massamba, Habibou Sofiane, Rachid A. Souley (c), Abdoul Karim Tinni Sanda, Djibrilla Ibrahim Mossi, Inoussa A. Darenkoum, Abdoul Rachid Soumana, Ibrahim B. Marou (Mamane S. B. Moussa), Ibrahim Namata, Hamid Galissoune Ajina.

Entraîneur : Ismaëla Tiémoko.

Mali : Youssouf Koïta, Djémoussa Traoré (Lassana N’Diaye), Fodé Konaté, Mamadi Fofana, Mohamed Camara (c), Hadji Dramé (Mamadou Traoré), Sémé Camara, Abdoul Salam Ag Jiddou (Sibiry Keïta), Abdoulaye Diaby, Mamadou Samaké, Ibrahim Kané.

Entraîneur : Jonas Komla.

 

LA GROSSE DESILLUSION DU GABON 

L’hôte de la 12è édition de la CAN U17 ans est déjà éliminé. Mercredi, la sélection cadette du Gabon a dit adieu au tournoi, suite à sa lourde défaite 5-0 face au Ghana. Lors de la première journée, les Gabonais s’étaient encore inclinés 5-1 contre la Guinée et quel que soit le résultat de leur dernier match contre le Cameroun, ils ne peuvent plus se qualifier pour les demi-finales. Cette élimination précoce des Panthéraux a été mal digérée par la population gabonaise. Jeudi, l’échec des locaux a suscité beaucoup de commentaires à travers le pays et les supporters ne s’expliquent pas la déroute des protégés de l’entraîneur Pierre MFoumbi «Il faut tout revoir dans ce pays», s’est exclamé un supporter, ruminant sa déception dans une cafétéria. Comme lui, les Gabonais sont sortis du stade de Port-Gentil, la tête basse. «Nous sommes maudits ou quoi ? Comment peut-on organiser deux fois la CAN et éliminé au premier tour ? C’est la preuve que, dans ce pays, il y a un grave problème», renchérira un autre supporter tout aussi remonté. Contre le Ghana, les cadets gabonais ont, pourtant, effectué une belle entame de match, motivés par la volonté de se maintenir dans la compétition. Répondant au défi technique et tactique des Ghanéens, ils se battront comme de beaux diables, mais sans inquiéter, véritablement, le gardien adverse. «Cette équipe du Gabon n’était pas prête pour une telle compétition. Elle a manqué de tout pour être compétitive», martèlera une supportrice au sortir du stade de Port-Gentil. «Le Gabon n’a pas d’ambition au niveau des petites catégories. On passe plus de temps à faire de la politique qu’à travailler, sérieusement, comme le font les autres pays», ajoutera notre interlocutrice. Comme elle, beaucoup de supporters sont apparus affectés par l’élimination du Gabon et ont affirmé qu’ils ne reviendront plus au stade. Le Ghana double champion du monde (1991 et 1995) et de la CAN des cadets (1995 et 1999), est une référence dans le domaine de la formation. Grâce à leur succès contre le Gabon, les Ghanéens se qualifient pour le Mondial pour la 6è fois de leur histoire. Samedi prochain, à Libreville, pour le compte de la 3è et dernière journée de la phase de poules, le Ghana et la Guinée s’affronteront pour la suprématie du groupe A. Avant ce choc, la sélection ghanéenne est en ballotage favorable et son attaque de feu devrait encore faire parler la poudre. En tout cas, en deux sorties, le Ghana a inscrit 9 buts, tout en gardant sa cage inviolée. Dans l’autre match, le Gabon s’expliquera avec le Cameroun dans une rencontre sans grand enjeu. En effet, il faudra un sacré coup du destin pour voir le Cameroun aussi (1 point, -3) se qualifier pour le dernier carré. Envoyés spéciaux
Seïbou S. KAMISSOKO
Morimakan COULIBALY

A propos de l'auteur

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *