mardi 12 décembre 2017

Header ad
Header ad

CAN 2017, Mali-Egypte 0-0 : LES AIGLES PEUVENT NOURRIR QUELQUES REGRETS

Sur l’ensemble de sa prestation, la sélection nationale a laissé une bonne impression contre les Pharaons et aurait pu gagner si elle n’avait péché dans la finition. Le capitaine Yacouba Sylla et ses coéquipiers promettent de remettre ça dès la deuxième journée contre le Ghana

Le regret, c’était le sentiment le plus partagé, mardi dernier, après le match nul (0-0) entre le Mali et l’Egypte. Les deux équipes se sont neutralisées au stade omnisports Michel Essongue de Port-Gentil, dans le cadre de la première journée de la poule D. «On méritait de gagner ce match. Le nul 0-0 est injuste pour le Mali», lancera un supporter malien visiblement déçu du partage des points entre les Aigles et les Pharaons.
Sans chauvinisme, il faut avouer que les Aigles ont été plus dangereux que les Pharaons et peuvent nourrir quelques regrets au terme de ce match nul. Une rencontre dans la quelle le gardien égyptien Essam El Hadary est devenu le joueur le plus âgé à disputer une CAN. Âgé de 44 ans, le légendaire gardien des Pharaons est entré en cours de jeu pour remplacer Ahmed El-Shenawi, blessé (25è min).
Cette deuxième rencontre entre Maliens et Egyptiens en phase finale de la CAN a bien débuté pour les deux sélections. Très rapidement, les Aigles prendront l’ascendant et se procureront les meilleures opportunités. Sur un centre de Moussa Maréga, Lassana Coulibaly touche légèrement le cuir et oblige Ahmed El-Shenawi à s’employer pour claquer le ballon du bout des doigts en corner (13è min). Les sextuples champions d’Afrique répliqueront avec ce tir enroulé de Mohamed  El Neeny au-dessus de la transversale (26è min).
Quelques minutes seulement après cette tentative, Molla Wagué s’illustre à son tour, mais la tête du défenseur des Aigles passe à côté (30è min). On en restera là jusqu’à la mi-temps. Au retour des vestiaires, le rythme de la rencontre retombe. Il faut attendre une dizaine de minutes pour voir la première alerte signée Moshen.  Suite à un centre de Trezeguet, l’attaquant des Pharaons une tête fulgurante qui oblige Oumar Sissoko à se détendre pour sauver ses buts (53è min). Bien contenu par Hamari Traoré, le très attendu Mohamed Salah est remplacé peu après l’heure de jeu. Le dernier quart d’heure sera totalement à l’avantage des Aigles et il faudra un grand Essam El Hadary dans les buts égyptiens pour empêcher le Mali de marquer. Score final : 0-0.
Pour le sélectionneur Alain Giresse, la prestation de l’équipe a été à la hauteur mais la réussite n’était pas au rendez-vous.  «On jouait contre l’Egypte et on devait être à la hauteur de cette équipe. Notre système a fonctionné, les joueurs étaient présents dans l’engagement et dans le collectif. C’est satisfaisant. On pouvait gagner ce match, mais un but se marque avec un geste, une passe décisive, un petit peu de réussite. On n’en a pas eu.
On a effectivement des regrets. Ça aurait été une bonne opération de gagner ce match», confiera le technicien malien en conférence de presse. L’avant centre des Aigles, Moussa Maréga, élu homme du match, abondera dans le même sens, tout en admettant que le match  a été très difficile sur une pelouse médiocre. «C’était très difficile de jouer sur le plan technique. On a été solide défensivement, c’est le point positif.
On va travailler pour mettre le ballon au fond», dira Moussa Maréga avant d’ajouter : «Commencer une CAN avec un match nul contre l’Egypte, la nation la plus titrée, est positif. Après, je suis un vainqueur, je veux gagner tous mes matches. Je suis un peu déçu ce soir (mardi, ndlr). Pour ma part, j’ai des regrets. Je pense que tous mes coéquipiers en ont. On est là pour gagner et non pour faire des matches nuls. On rattrapera tout ça lors des prochains matches», concluera Moussa Maréga en dédiant son trophée de l’homme du match à son père.
Le capitaine Yacouba Sylla ne crache pas non plus sur le point obtenu face à l’Egypte et se projette déjà vers les deux prochains matches.  «Chacune des deux sélections pouvait gagner ce match. On va prendre ce point. On n’a pas perdu, c’est l’essentiel. On a notre destin entre les mains. Tout ce qu’on a produit ce soir (mardi, ndlr) est encouragent pour la suite.
Malgré les conditions de jeu, l’équipe a fait une bonne performance malheureusement on n’a pas gagné. On n’a pas à rougir de notre performance. C’est à nous de prendre les points positifs de ce match et se projeter sur le match du Ghana. On ne va pas chercher des excuses. On travaille avec le coach, on ira chercher la qualification, lors des prochains matches, pour le peuple malien. Les supporters ont répondu présent ce soir (ndlr). On tient à les remercier», dira le capitaine malien.
Mercredi

Envoyés spéciaux
L. M. DIABY
A. SISSOKO

Mardi 17 janvier au stade omnisport Michel Essongue de Port-Gentil
Mali-Egypte : 0-0
Arbitrage du Sud Africain Daniel Frazer Bennett assisté de son compatriote Zakhele Thusi Siwela et l’Ivoirien Marius Donatien Tan AN
Mali : Oumar Sissoko, Hamari Traoré, Salif Coulibaly, Molla Wagué, Ousmane Coulibaly, Yacouba Sylla, Mamoutou N’Diaye, Bakary Sako, Lassana Coulibaly (Samba Sow), Sambou Yatabaré (Yves Bissouma) et Moussa Maréga. Entraîneur : Alain Giresse.
Egypte : Ahmed El-Shenawi (Essam El-Hadary), Ahmed Fathi (cap), Ahmed Hegazy, Aly Mosaad, Mohamed Abouzeid, Tarek Hamed, Mohamed Elneny, Mohamed Salah (Ramadan Ahmed), Abdallah Bekhit, Mahmoud Hassan et Marwan Fahmy (Ahmed Mahgoub). Entraîneur : Hector Raul Cuper.

 

LE MALI ET LE GHANA NE SE QUITTENT PLUS

Après un match nul contre l’Egypte (0-0), le Mali affrontera le Ghana, ce samedi 21 janvier à 16h pour le compte de la 2è journée du groupe D. C’est un match à ne pas perdre pour les Aigles si l’équipe veut préserver toutes ses chances de qualification pour les quarts de finale. Après une journée de compétition, les Ghanéens occupent la tête du groupe D avec 3 points alors que le Mali et l’Egypte partagent la 2è place avec une unité chacun. C’est la 3è fois que le Mali et le Ghana s’affrontent en phase de poules d’une CAN après les confrontations de 2012 et 2013 qui avaient tourné à l’avantage du Black star (2-0 et 1-0). Mais à chaque fois, les Aigles se sont rachetés contre le même adversaire en remportant la médaille de bronze lors de la petite finale (2-0 et 3-1). Des deux côtés, le match de samedi sera donc placé sous le signe de la revanche.
Les Ghanéens tenteront de signer une deuxième victoire qui les propulserait en quarts de finale, alors que les Aigles auront à cœur de s’imposer pour prendre la tête du groupe. Le capitaine Yacouba Sylla et ses coéquipiers sont conscients de l’enjeu de la rencontre et affichent leur optimisme malgré le nul concédé face à l’Egypte. Le revenant Bakary Sako estime que l’équipe a bien essayé de marquer contre les Pharaons mais a été handicapé par l’état du terrain. «Le Ghana a gagné son premier match, on les attend de pied ferme. On va essayer de gagner ce match pour prendre la tête de la poule», annonce l’attaquant malien.
Pour Sambou Yatabaré l’équipe est quelque peu passée à côté du sujet contre l’Egypte et se doit de réagir face au Ghana. «Avec les occasions qu’on a eues, on peut avoir des regrets. Mais on ne peut pas rester sur ça. On va retenir les points positifs. On va avancer et prendre des points lors des prochains matches», martèlera-t-il. Le Franco-Malien ajoutera :  «la rage de vaincre, on l’avait. On s’est battu, on a été une équipe soudée. Je suis fier de l’équipe. L’état de la pelouse n’a aidé personne. Il a handicapé les deux équipes. Je suis sûr qu’on allait produire un football meilleur si l’état de la pelouse était bon».
Envoyés spéciaux
L. M. D
A. S
Samedi 21 janvier au stade Michel Essongue de Port-Gentil
16h : Ghana-Mali
20h : Egypte-Ouganda

 

Ghana-Ouganda 1-0 : LE BLACK STAR S’EN CONTENTE

Le Ghana réussit son entrée ! A l’inverse de l’Algérie ou encore de la Côte d’Ivoire, piégées, le vice-champion d’Afrique a débuté la CAN 2017 par un succès face à l’Ouganda (1-0) ce mardi à Port-Gentil dans le groupe D. Après de premières minutes équilibrées durant lesquelles les Cranes embêtaient leurs adversaires, les Black Stars enclenchaient la vitesse supérieure. A droite, Atsu faisait vivre un véritable calvaire à Ochaya mais Kizito le contrait une première fois puis Gyan ne parvenait pas à cadrer ses têtes sur les centres de l’ailier. Sur un service en retrait de son frère, Jordan, la reprise d’André Ayew filait encore sur Onyango.
Finalement, il fallait un contrôle raté d’Isinde dans la surface pour débloquer la situation. Mis sous pression par Gyan, le défenseur accrochait son adversaire et provoquait un penalty logique qu’André Ayew transformait en prenant Onyango à contre-pied (1-0, 30e). Malgré la sortie sur blessure de Baba Rahman, Atsu se procurait encore une occasion mais le portier adverse le mettait en échec. Un poteau sortant de Miya et une tête à bout portant ratée d’Isinde rappelaient juste avant la pause que le match n’était pas encore plié.
D’ailleurs, le Ghana baissait pied au retour des vestiaires en jouant plus bas et en attaquant de manière trop désordonnée. Très offensifs et revigorés par les entrées d’Oloya et Shaban, les poulains de Milutin Sredojević tentaient le tout pour le tout et poussaient mais ils avaient du mal à pénétrer dans la surface adverse. Du coup, ils s’essayaient à des tentatives plus lointaines. Mais la reprise de Mawejje frôlait la lucarne puis Massa expédiait son coup-franc juste au-dessus avant de trouver les gants de Brimah…
Incapables de tuer le match en contre, Onyango se couchant parfaitement pour repousser le tir d’Atsu, les hommes d’Avram Grant tremblaient jusqu’au bout. Mais cette fois, à l’inverse des éliminatoires de la CAN 2015 et de ceux du Mondial 2018, le Ghana évitait le piège face aux Cranes. En attendant le choc Mali-Egypte à 19h GMT dans l’autre match du groupe, le vice-champion d’Afrique prouve qu’il faudra compter sur lui.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *