Header ad

Basket-ball, championnat national : LE SPRINT FINAL

Les Rouges auront fort à faire cette année pour garder leur titre

La dernière phase du championnat national, les Play-offs démarre demain au Palais des sports Salamatou Maïga. En Dames, le Stade malien affrontera le Djoliba, alors que le duel des Messieurs opposera l’USFAS et le Stade malien. Comme lors des précédentes éditions, la partie se jouera au meilleur des cinq matches. Autrement dit, l’équipe qui totalisera trois victoires sera sacrée championne du Mali 2018. Cette affiche des Play-offs est un remake de celle de l’année dernière qui avait tourné à l’avantage du Djoliba et de l’USFAS. Question : les Rouges de Bamako et les Militaires réussiront-ils à refaire le coup du précédent exercice ? Difficile de répondre par l’affirmative, surtout pour l’affiche des Dames quand on sait que cette année, les Rouges ont été battues deux fois par le Stade malien. En tout cas, les Stadistes évoluent cette année à leur meilleur niveau, comme l’atteste le parcours réalisé par l’équipe, lors de la première phase du championnat : 14 succès, en autant de matches. Le Stade malien a tout pour réussir cette année et on imagine mal les protégées du manager Sory Diakité se faire doubler par le Djoliba.
La finale masculine promet également des étincelles. Elle mettra aux prises le champion en titre l’USFAS et le Stade malien. L’équipe militaire s’est inclinée 77-54, lors de la dernière journée (14è journée) contre le Réal, mais les USFASiens étaient déjà qualifiés pour les Play-offs et n’avaient rien à gagner dans cette rencontre.
Quant au Stade malien, il a dominé le Centre de référence de Bamako (79-54), terminant ainsi premier du classement, avec 25 points contre 24 pour l’USFAS. Dans le bas du tableau, la J. A. et l’USM de Koutiala ont été reléguées et seront remplacées par le Djoliba et Attar club de Kidal. Chez les Dames le Réal et le Centre Bintou Dembélé (CBD) de Koulikoro sont descendus en 2è division et seront remplacés dans l’élite par la Commune VI et le Tata de Sikasso.
Seïbou S.
KAMISSOKO

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *