mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

Arbitrage : COMMENT GÉRER LES MODIFICATIONS DES LOIS DU JEU ?

La première session s’est déroulée en 2009 et depuis, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) organise, chaque année, un stage de haut niveau pour l’ensemble des arbitres du pays.
Cette année, ils sont 26 arbitres titulaires et 4 suppléants à participer à la session qui se déroule, depuis le samedi 28 octobre au centre pour sportifs d’élite de Kabala. La session est animée par deux experts de la FIFA, le Mauricien Lim Kee Chong et le Sénégalais, Mademba M’Backé, tous deux anciens arbitres internationaux. Pour le coordonateur local, Sidi Békaye Magassa, lui aussi ancien arbitre international, le stage de cette année «est très important, eu égard aux nombreuses modifications qui ont été adoptées par la FIFA».
«Il y a plus d’un millier de mots qui ont disparu du langage du jeu et plusieurs modifications ont été apportées aux lois du jeu», expliquera-t-il, avant d’évoquer les grands thèmes qui seront abordés pendant la session.
Parmi ces thèmes ou modules on peut citer la coordination entre l’arbitre et ses assistants, comment apprécier les fautes, le positionnement, mouvement coopération, le langage corporel, communication et usage du sifflet, les hors-jeu et bien sûr les exercices intégrés, précisera Sidi Békaye Magassa, en indiquant que les participants viennent de toutes les ligues affiliées à la FEMAFOOT. «Ce sont des arbitres de ligues, des arbitres fédéraux et des arbitres internationaux. Il y a cinq femmes parmi eux», complètera l’ancien arbitre international.
La cérémonie d’ouverture du stage était présidée par le premier vice-président de la Fédération malienne de football, Kassoum Coulibaly «Yambox», en présence de plusieurs inspecteurs d’arbitres qui ont été les premiers à rencontrer les participants, avant le début de la session proprement dite. Dans son allocution d’ouverture, Yambox insistera sur l’importance de la formation pour les arbitres, avant de témoigner sa reconnaissance et sa gratitude à la FIFA qui prend en charge toute l’organisation du stage (indemnités des instructeurs, équipements, matériel didactique…). «Pour la Fédération malienne de football, la formation n’a pas prix, surtout à ce niveau, nous serons toujours disponibles pour accompagner et soutenir ce genre d’initiative», dira Kassoum Coulibaly «Yambox», en invitant les stagiaires «à faire preuve d’assiduité et de discipline pendant le stage».
Souleymane B. TOUNKARA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *