dimanche 19 février 2017

Header ad
Header ad
Header ad

AMAP : L’HEURE DU RENOUVEAU

L’Agence malienne de presse et de publicité (AMAP) a tenu hier la 35è session de son conseil d’administration sous la présidence de Me Mountaga Tall, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement. La session qui avait la particularité de se tenir sous une nouvelle présidence, une nouvelle équipe dirigeante et de nouveaux administrateurs, s’est tenue dans la salle de conférence du ministère de l’Economie numérique et de la Communication en présence du directeur général de l’Agence, Abdoulaye Traoré, de son adjoint Cheickna Diawara et du secrétaire général du syndicat de l’AMAP, Souleymane Bobo Tounkara.
Les administrateurs ont procédé à l’examen et l’adoption du procès verbal de la précédente session, le contrôle des tâches assignées par cette session, l’examen de l’exécution des budgets 2015 et 2016, l’examen et l’adoption du budget 2017. Ils se sont également penchés sur les questions diverses.
Dans son discours d’ouverture, Me Mountaga Tall a souligné que la présente session intervient dans un contexte particulier en raison de la situation sécuritaire générale du pays mais aussi en raison des difficultés économiques et financières auxquelles demeure toujours confrontée l’entreprise. Cependant, il a expliqué que d’importantes réformes ont permis aujourd’hui de venir à bout de certaines difficultés et de trouver un début de solutions. Ces réformes, en plus de porter sur la sécurisation des biens, ont visé à redresser la situation ou du moins à remettre l’entreprise en situation d’assumer ses missions.
L’activité économique a ainsi été quelque peu relancée, notamment au niveau des petites annonces et de la publicité. Ce qui a permis à l’entreprise de consolider sa vocation de service public et de pouvoir pleinement participer au cours du reste de l’année, aux chantiers prioritaires du pays.
Le président du conseil d’administration a exhorté l’AMAP à persévérer dans ce sens et à toujours s’ouvrir comme elle le fait maintenant, à toutes les composantes de la société et sur tous les volets de l’information en étant à la fois un partenaire de l’Etat dans ses choix démocratiques pluralistes, des institutions dans leur engagement et de la société dans sa diversité et son dynamisme.
Par ailleurs, il a félicité la direction de l’AMAP pour l’organisation d’une rencontre sur L’Essor, la première du genre dans l’histoire du quotidien national d’information. « Le quotidien national avait certes fait par le passé l’objet de quelques études et enquêtes d’opinion. Mais jamais il n’y avait eu une rencontre du genre réunissant une large palette de compétences avérées autour de son présent et de son avenir immédiat. Ces améliorations devront pouvoir hisser L’Essor au même niveau, sinon à un niveau plus élevé que celui où se trouvent les quotidiens nationaux de nos voisins », a-t-il dit. Avant d’ajouter que L’Essor doit être original. Il doit coller aux réalités du pays, aux valeurs socioculturelles tout en restant ouvert aux exigences de la modernité qu’apportent les nouvelles technologies de l’information et de la communication.
Pour Me Mountaga Tall, c’est en réussissant l’alliance de l’enracinement et de l’ouverture que le journal L’Essor saura relever les défis immédiats et futurs. Il a assuré de l’accompagnement de son département qui ne fera pas défaut. Comme le témoigne déjà la mobilisation des fonds nécessaires à l’acquisition et la mise en place d’une nouvelle imprimerie rotative dont il a annoncé le démarrage effectif dans les prochaines semaines.
Il a aussi souligné sa volonté de faire émerger une agence de presse jouant un rôle central dans le paysage médiatique national. A cet égard, il a invité la direction générale et l’ensemble du personnel à revitaliser la ligne éditoriale de l’agence de presse afin de conquérir les médias qui sont la raison d’être et les premiers utilisateurs d’une agence de presse. Dans le même ordre d’idées, il a exhorté les administrateurs à réfléchir aux nouvelles orientations qu’ils peuvent donner dans le cadre de la relance de la presse communautaire malienne qui souffre de manque de visibilité depuis quelques années.
En définitive, le président du conseil d’administration a encouragé la direction de la publicité à s’investir davantage dans les panneaux LED et dans les régions où il existe encore une grande marge de progression pour les produits publicitaires.
A.D.SISSOKO

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *