mercredi 18 octobre 2017

Header ad
Header ad

Aéroports du Mali : BEAUCOUP DE DEFIS A L’HORIZON

Les défis concernent la finalisation des travaux et l’exploitation technique et commerciale de la nouvelle aérogare (terminal 2), l’exploitation optimum de l’ancienne aérogare (terminal 1), le maintien de la fonctionnalité des infrastructures et des équipements etc.

Les Aéroports du Mali (ADM) ont tenu, mardi, la 52ème session ordinaire de leur Conseil d’administration. La session, qui s’est déroulée dans la salle de conférence des « Aéroports du Mali », était présidée par le président directeur général (PDG), le colonel Daouda Dembélé.Le directeur général de la police, Moussa Ag Infahi et une dizaine d’autres administrateurs ont pris part à cette session au cours de laquelle ils ont examiné le rapport d’activités 2016 et le projet d’activités 2017, avant de se pencher sur le budget de l’année en cours.
A l’ouverture des travaux, le président du conseil d’administration a d’abord souligné que la présente session se tient dans un contexte d’amélioration de la situation sécuritaire à Bamako. Il a ensuite indiqué que l’année 2016 a été principalement marquée par les préparatifs du sommet Afrique-France de janvier 2017 à la réussite duquel ADM a activement participé, ainsi que les dispositions pour l’ouverture de la nouvelle aérogare, conformément à l’adoption de la loi 2016-029 du 07 juillet 2016 portant création des « Aéroports du Mali » et du décret 2016-0701 P-RM du 13 septembre 2016 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de « Aéroports du Mali ».
« Le transfert des activités de l’ancienne aérogare à la nouvelle a été aussi un défi énorme relevé. Ce transfert a permis, non seulement de redorer l’image de « Aéroports du Mali », mais, principalement, d’offrir un service de meilleure qualité aux usagers, aux partenaires et aux clients de l’Aéroport International Président Modibo Keïta-Sénou », s’est réjoui le colonel Dembélé, avant d’ajouter que « cela a également amélioré les conditions de travail du personnel ».
Toujours au chapitre des réalisations en 2016, le président du conseil d’administration a principalement énuméré l’assistance continue à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), le renforcement des capacités et des compétences des ressources humaines, la mise à niveau des équipements aéroportuaires, laquelle reste toujours une priorité, la création d’une unité de lutte contre le péril aviaire et animalier ainsi que la poursuite de la surveillance de la zone aéroportuaire pour la sécurité de la navigation aérienne. S’agissant des statistiques, le PDG de « Aéroports du Mali » a signalé une augmentation des ressources de 7% en 2016 par rapport à 2015 et la baisse des charges d’exploitation de 6% par rapport à 2015. Quant aux investissements, ils ont été effectués à hauteur de 75%. Parlant des perspectives, le colonel Dembélé s’est réjoui du fait que « Aéroports du Mali » se porte bien dans un contexte d’exigence et de performance. Il a indiqué que le programme d’activités 2017 de ADM s’articule, essentiellement, autour de la finalisation des travaux et l’exploitation technique et commerciale de la nouvelle aérogare (terminal 2), l’exploitation optimum de l’ancienne aérogare (terminal 1), le maintien de la fonctionnalité des infrastructures et des équipements, et le renforcement de la qualité et de la compétence des ressources humaines. L’exercice en cours prévoit la mise en œuvre du Système de gestion de la sécurité (SGS) de l’Aéroport international Président Modibo Keita-Sénou, la mise aux normes de sureté et de sécurité et la dynamisation de l’unité de lutte contre le péril aviaire et animalier. Le PDG a annoncé que ces grands chantiers seront exécutés avec une prévision budgétaire de 7,5 milliards de Fcfa en ressources, 6,8 milliards de Fcfa en dépenses et 716 millions de Fcfa en investissements.
« La migration vers la nouvelle aérogare de l’Aéroport International Président Modibo Keita-Sénou ayant été un succès, notre défi actuel dans son exploitation est de veiller au bon fonctionnement de ce joyau qui fait aujourd’hui la fierté de tout le peuple malien », a estimé le colonel Dembélé. Pour lui, ce travail nécessitera une formation adéquate et continue du personnel et le suivi constant du nettoyage, de l’entretien et de la maintenance des équipements et installations, autrement dit, l’instauration et le respect de nouvelles méthodes de travail. Il faut noter que « Aéroports du Mali » a un statut d’Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). La structure a pour mission la gestion des aérodromes et l’exploitation commerciale des 8 aéroports : Aéroport International Président Modibo Keïta-Sénou, Aéroport International de Gao-Kourgoussou, Aéroport International de Kayes-Dag-dag, Aéroport International de Mopti-Ambodédjo, Aéroport International de Sikasso-Dignagan, Aéroport International de Tombouctou, Aéroport de Nioro et Aéroport de Yélimané, installés sur le territoire national.
S. TANGARA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *