mardi 21 novembre 2017

Header ad
Header ad

3è sommet de Transform Africa : LA PARTICIPATION REMARQUABLE DU MALI

Une vue des participants maliens au sommet

Notre pays était représenté par des acteurs et exposants évoluant dans le domaine des Tic

Le 3è Sommet de Transform Africa s’est tenu en mai dernier, au Rwanda, au Convention center auditorium de Kigali. Le thème de la conférence était : «Villes intelligentes, développement accéléré ». Plus de 4000 participants dont 300 entreprises venant de 80 pays, 50 exposants, 28 chercheurs, étaient au rendez-vous. Le sommet a aussi abrité 29 sessions parallèles et ordinaires. A cela, il faut ajouter que plus de 40.000 dollars ont été investis dans des projets.
Rappelons que Smart Africa est organisé par l’Union internationale des télécommunications (UIT) en partenariat avec le gouvernement rwandais. Son objectif est de débattre et proposer des pistes de solutions et des actions concrètes visant à promouvoir une utilisation des TIC au bénéfice du développement économique, social et culturel des villes et villages du continent africain.
L’un des faits marquants de la rencontre a été la décision de la 5è réunion du conseil d’administration de Smart Africa, portant notamment sur la stratégie du Réseau commun africain et sur les villes intelligentes et durables pour l’Afrique.
L’innovation majeure du sommet a été, selon notre compatriote Hamadoun Touré, directeur exécutif de Smart Africa, l’attention accordée aux femmes à travers l’organisation du « Sommet Smart Africa des Premières dames ». En effet, le sommet des premières dames a fait des recommandations portant notamment, sur l’autonomisation des femmes vivant en milieu rural et urbain, des femmes vivant avec des handicaps, les filles ayant des compétences numériques et sur l’accélération du mécanisme de parité entre filles et garçons dans l’utilisation des TIC.
Les épouses de chefs d’Etat ont, entre autres, plaidé pour une implication durable des nations africaines, des partenaires publics et privés, des ONG et des universitaires dans la production, la commercialisation et l’usage des TIC, pour, non seulement, connecter l’Afrique, mais aussi et surtout contribuer à créer des solutions dans tous les domaines afin d’améliorer les conditions de vie des populations.
Autre point important, des acteurs et exposants maliens évoluant dans le domaine des Tic ont participé à ce sommet. Le directeur général de l’Agetic, Hamed Salif Camara soulignera que « Smart Africa » est très important pour l’Agence qui est en œuvre pour moderniser l’administration malienne afin qu’il y ait plus de transparence conformément aux directives du gouvernement ». « Ce sommet nous permet de pouvoir profiter des avancées technologiques qui ont été effectuées ici à Kigali, mais aussi d’apprendre des expériences et des expertises d’autres pays qui y participent. Aujourd’hui, la mission fondamentale de l’Agetic consiste à faire en sorte que le Mali soit un pays intelligent, que le citoyen puisse bénéficier de l’ensemble des services offerts par l’administration sans se déplacer ». Par conséquent, lorsqu’un citoyen a besoin d’un certificat de nationalité, il s’agit de faire en sorte qu’il puisse faire sa demande en ligne, payer les frais en ligne et se faire livrer à domicile où au service, a t-il ajouté.
Youssouf Bathily, exposant, travaillant pour la société
«Sonectra» qui utilise la technologie numérique solaire, était au sommet avec le concept «Smart Solar kiosque ».
Selon lui, cette initiative permet d’offrir plusieurs services et solutions comme les services de bases, liés à l’énergie, l’eau, l’éducation, la santé (à travers la clinique mobile équipée d’un centre de diagnostic) ainsi que la collecte, les taxes des mairies. Quant à Boubacar Ba dit Bill, président de l’Association des Municipalités du Mali (AMM), il a souligné la nécessité pour les municipalités de participer à des rencontres similaires dans la mesure, où tout le développement se fait à la base.
« Au cours des différentes sessions, les intervenants ont souligné l’intérêt de numériser tous les services y compris l’Etat civil, les paiements, les pensions, les salaires. Et nous sommes au premier rang car les centres de santé communautaire, les écoles et la gestion des ressources naturelles relèvent de la collectivité », a ajouté Boubacar Ba.
Seydou TANGARA

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *