jeudi 14 décembre 2017

Header ad
Header ad

2è conférence extraordinaire des chefs d’Etat du Liptako Gourma : VERS LA CRéATION D’UNE FORCE MIXTE CONTRE LE TERRORISME

Le Premier ministre Modibo Keita a pris part hier à Niamey aux travaux de la 2è conférence extraordinaire des chefs d’Etats et de gouvernement de l’Autorité de développement intégré du Liptako Gourma. C’était en présence des présidents Mahamadou Issoufou du Niger et Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso. Le chef du gouvernement représentait le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, à ce sommet tenu dans la capitale nigérienne.

Le Liptako Gourma se veut une organisation sous régionale vivante et dynamique. Elle entendait le démontrer lors de cette conférence extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement qui avait pour objectif de prendre à bras le corps une préoccupation majeure du moment pour les trois pays au cœur d’un Sahel tourmenté dans son quotidien : la sécurité et la lutte contre terrorisme.

Dans son mot de bienvenue, le gouverneur de la ville de Niamey a dit toute la volonté de sa ville à jouer sa partition dans l’intégration sous régionale tant voulue par les dirigeants des trois pays membres. L’allocution la plus attendue était celle du président nigérien, président en exercice de la conférence des chefs d’Etat de l’Autorité du Liptako Gourma. Mahamadou Issoufou a salué la présence effective du président du Burkina Faso et du Premier ministre malien. Toute chose qui, a-t-il indiqué, conforte les liens de fraternité et de solidarité unissant les peuples de ces pays et illustre la vitalité de la coopération entre les trois Etats. La particularité du rendez-vous de Niamey est la participation des ministres en charge des Affaires étrangères et de la Défense à la session ministérielle. C’est pourquoi au delà de l’adoption du traité révisé, la conférence s’est penchée sur les questions de sécurité en examinant les propositions d’actions soumises à leur attention par les hautes instances des armées des trois pays. Le contexte sécuritaire alimenté par la criminalité transfrontalière doit amener les chefs d’Etat à changer leur politique en matière de lutte contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière.

Les dirigeants du Liptako Gourma, sur proposition des responsables de leurs Forces de défense et de sécurité, envisagent plus d’actions à la fois concrètes et urgentes, notamment la création d’une «Force mixte multinationale de sécurisation des frontières entre les trois pays» et qui va impliquer les armées du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Selon la volonté de la conférence, cette future force va coopérer avec l’Opération Barkhane et la Force de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). A ce propos, le président nigérien en a appelé à l’accompagnement de la communauté internationale dans cette initiative pour parvenir à une véritable sécurisation des personnes et des biens dans l’espace du Liptako Gourma.

(CELLULE
DE COMMUNICATION
DE LA PRIMATURE)

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *